Laurent Guillaume – Black cocaïne

1512394_798368370179083_11314333_n4ème de couv.
« Au Mali, tout est possible et rien n’est certain », ainsi parle Solo, ce Franco-Malien recherché par la police française qui a laissé derrière lui un passé obscur pour recommencer une nouvelle vie sur le continent noir. Ancien des stups respecté de la profession, Solo est devenu à Bamako un détective privé populaire. Même si les souvenirs douloureux le hantent souvent, Solo les noie avec application dans l’alcool.

Jusqu’au jour où une belle avocate française l’engage pour faire libérer sa sœur arrêtée à l’aéroport avec de la cocaïne.
Un dossier en apparence simple pour Solo, mais cette banale histoire de mule va prendre une tournure inquiétante. Ses vieux démons réveillés, l’ex-flic se lance dans cette affaire dangereuse, entre tradition et corruption, avec la détermination de celui qui n’a rien à perdre.

Ce que j’en pense:
Quel choc que ce roman ! Dévoré en un après-midi, il nous transporte en compagnie de Solo dans un Mali en proie à la corruption, à tous les niveaux des administrations et de l’Etat. L’intrigue tient la route, le découpage est précis, rythmé. Le personnage de Solo, tiraillé entre deux religions, deux cultures, traîne comme un boulet son passé de flic qui lui a coûté sa famille. On a déjà vu ce type de privé, qui en prend plein la gueule, et se relève toujours. Et il nous demeure éminemment sympathique, touchant dans sa détresse et son humanité. Les personnages secondaires ne sont pas anecdotiques et ont tous une véritable utilité dans la trame du récit. L’exposé des faits concernant les filières de la drogue est tout à fait vraisemblable.
Le Mali où nous invite Solo ne se trouve pas dans une Afrique de guide touristique. L’auteur connaît et aime l’Afrique et il nous la montre telle qu’elle est : belle, mystérieuse, mais aussi envoûtante et brutale.

Et c’est aussi pour ça que j’ai adoré ce livre : la peinture qu’il fait du Mali a ému jusqu’au tréfonds la petite part de mon âme qui est restée à jamais marquée par ce continent africain.
Alors, Monsieur Guillaume, je vous dis bravo, et s’il vous prenait à l’idée de confier à Solo d’autres enquêtes, je le suivrais sans l’ombre d’une hésitation.

Publicités

Une réflexion sur “Laurent Guillaume – Black cocaïne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s