Qiu Xiaolong – Les courants fourbes du lac Tai

1017340_807176529298267_1339721537_n4ème de couv.

En vacances à Wuxi, l’inspecteur Chen rencontre la troublante Shanshan. Militante pour l’environnement, elle lui raconte son combat : sauver le lac Tai des déchets toxiques.

Quand le directeur d’une usine chimique est assassiné, tous les regards se tournent vers la jeune activiste.

Chargé de l’enquête, Chen oscille entre les beaux yeux de Shanshan et ses soupçons. Les écologistes seraient-ils plus dangereux que la pollution ?

Ce que j’en pense:

Ces vacances, l’inspecteur-chef ne les attendait pas. Elles lui sont offertes par un membre éminent du parti, dans un luxueux centre de vacances. Après l’assassinat du directeur de l’usine, Chen est amené à s’intéresser à l’affaire, mais sans se dévoiler. Il pilotera donc en sous-main un policier local, le sergent Huang, qui lui voue une dévotion sans bornes.

Cet inspecteur poète ressent une tendre inclination pour la jeune Shanshan, ce qui lui complique un peu la tâche, car il veut lui éviter d’être impliquée, alors qu’elle était en relation avec un des suspects. Mais avec l’aide de Huang, d’un de ses adjoints resté à Shangaï, il finira par démêler l’écheveau.

Le personnage de Chen, policier cultivé, poète et traducteur de romans à ses heures, fin gourmet un tantinet précieux est tout à fait attachant dans son comportement vis-à-vis de Shanshan à qui il fait une cour empressée mais discrète.

L’intrigue en elle-même n’a rien de révolutionnaire ni de palpitant, mais c’est bien écrit, et les fréquentes citations de poèmes donnent à ce roman une ambiance poétique au charme particulier, également due à l’esquisse de romance entre Chen et Shanshan.

Ce roman aborde un problème crucial de la chine d’aujourd’hui : La recherche du profit à tout prix, au détriment de la qualité de vie. La course effrénée vers le progrès sans se préoccuper de l’impact sur l’environnement et la santé publique. Le thème de l’écologie et de l’environnement aurait gagné à être traité un peu plus en profondeur, il n’est que survolé et sert de prétexte à l’histoire.

Somme toute, une lecture agréable, mais qui ne fera pas date dans mon panthéon personnel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s