Maurice Gouiran – L’hiver des enfants volés

10530691_917959731553279_2995671953563939921_n4ème de couv.

Lorsqu’un soir d’hiver 2013, Samia frappe à la porte de la Varune, Clovis se doute très vite qu’elle a besoin de son aide…

Samia, Clovis l’a rencontrée en 82, alors qu’il était encore correspondant de guerre.Avec son ami François, ils avaient sorti la jeune Palestinienne des massacres de Sabra et Chatila… Depuis, elle lui a préféré François, mais Clovis n’avait jamais rien pu lui refuser.

Et justement, François a disparu. Il a quitté sa paisible retraite du marais poitevin pour Barcelone afin d’enquêter sur deux accidents étranges… Depuis, plus de nouvelles !

Parti immédiatement à sa recherche, Clovis va, au cours de ses investigations, voir brutalement réapparaître le spectre des enfants volés aux familles républicaines par les franquistes. Un scandale et une véritable affaire d’État ayant perduré jusqu’au milieu des années 80.

Mais que vient faire François dans cette histoire ? Lui qui semble avoir beaucoup dérangé lors de son enquête… Et qui de fil en aiguille, va faire ressurgir de son propre passé un autre drame effroyable…

Ce que j’en pense :

Maurice Gouiran a le chic pour gratter là où ça démange. Avec ce roman, il s’en vient titiller les plaies de l’histoire récente tout juste refermées… En même temps que Clovis mène l’enquête sur les traces de François, son ami disparu, il se trouve confronté à la question de tous ces « orphelins » de l’époque Franco, qui n’avaient d’orphelins que le nom, le plus souvent enfants de jeunes filles vulnérables, à qui l’on faisait croire que leur enfant était mort, pour le vendre à des familles aisées en mal d’enfant. Et quel cynisme que ces épidémies d’otite au mois de Janvier, pour permettre d’offrir le plus beau des cadeaux le jour des rois.

On suit également, en parallèle grâce à la lecture de ses notes, les réflexions et le cheminement de François sur les traces de son propre passé, lui enfant adopté. Une des pistes qu’il a mise à jour le conduit sur les traces des Lebensborn, ces cliniques de reproduction nazies pour l’expansion d’une race pure, autres dérives d’idéologies totalitaires…

Maurice Gouiran se livre également à une attaque en règle contre l’Eglise Catholique d’Espagne, participante active à tous les crimes du régime franquiste, et qui a continué longtemps après la mort du « Caudillo ».

Ce roman n’est pas seulement un polar, il fait œuvre utile pour faire connaître une vérité historique souvent escamotée. A travers l’enquête de Clovis et les notes de François, l’enquête se fait jour, pièce après pièce, pour reconstituer le puzzle d’une enfance perdue, et en conclusion, pour nous asséner en guise de point final une claque monumentale. Et comme le dit si bien mon ami Pierre:

Oui, Maurice Gouiran frappe fort…. Et oui, c’est très bon…

Publicités

Une réflexion sur “Maurice Gouiran – L’hiver des enfants volés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s