Antonin Varenne – Trois mille chevaux-vapeur

10527378_915292925153293_562678124336433253_n4ème de couv.

Le sergent Bowman appartient à cette race des héros crépusculaires qui traversent les livres de Conrad, Kipling, Stevenson… Ces soldats perdus qui ont plongé au cœur des ténèbres, massacré, connu l’enfer, couru le monde à la recherche d’une vengeance impossible, d’une improbable rédemption.

De la jungle birmane aux bas-fonds de Londres, des rives de l’Irrawaddy à la conquête de l’Ouest, ce roman plein de bruit et de fureur nous mène sans répit au terme d’un voyage envoûtant, magnifique et sombre.

Antonin Varenne, l’auteur de Fakirs, renoue avec la lignée disparue des grands écrivains d’aventures et d’action. Une réussite qui marquera.

Ce que j’en pense :

1852 : Au cœur de la jungle birmane, le sergent Bowman est choisi pour constituer un groupe de dix hommes chargés d’une mission secrète. Ils sont faits prisonniers lors de cette mission. Six ans plus tard, on retrouve Bowman à Londres, officier de police, en proie à de terribles cauchemars que seuls la drogue et l’alcool lui permettent de tenir à distance. Lors de la vague de canicule qui s’abat sur Londres en 1858, Bowman découvre un cadavre mutilé, portant les mêmes blessures que lui et ses compagnons de captivité ont subies en Birmanie. Il est convaincu que le responsable de ces meurtres ne peut être qu’un de ses 10 compagnons. A partir de là va commencer une quête qui va le mener sur les traces de ce tueur insaisissable, vers le nouveau monde en suivant la pistes des pionniers à la conquête de l’Ouest.

Le sergent Bowman est un personnage torturé, en quête de justice, mais également de sa propre rédemption, car il s’estime responsable des actes de ces hommes qu’il a entraîné dans cette mission.

Je ne ferai pas preuve d’originalité en disant que ce livre est un magnifique roman d’aventures qui m’a captivé de bout en bout. La référence de l’éditeur à propos de Conrad, Kipling et Stevenson n’est pas usurpée, tant ce roman s’inscrit dans un souffle épique et romanesque. D’une écriture et d’un style très imagé, peuplé de personnages très marquants, tels le Prêcheur, John Doe le métis, le jeune Fitzpatrick et Alexandra Desmond nous accompagneront longtemps après avoir tourné la dernière page de ce roman.

Incontestablement une grande réussite et un de mes coups de cœur pour 2014.

Publicités

Une réflexion sur “Antonin Varenne – Trois mille chevaux-vapeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s