Gilles Vincent – Djebel

10400774_885043804844872_1229128013295815397_n4ème de couv.

Pendant des décennies, ils ont enfoui leurs lourds secrets…
Mars 1960 en Kabylie, le jeune appelé Antoine Berthier achève à l’aube sa dernière garde avant d’être libéré et pouvoir enfin retrouver ses parents et sa sœur jumelle qui l’attendent sur le continent. Quelques jours plus tard, sans aucune explication, il se donne la mort sur le bateau du retour.

En septembre 2001, on découvre à Marseille, les corps sans vie de plusieurs de ses anciens compagnons d’armes. Très vite, Aïcha Sadia, jeune femme d’origine kabyle, aujourd’hui commissaire, et Sébastien Touraine, ex-flic à la dérive, désormais détective, vont remonter les traces de l’Histoire…
Entre les errances d’alors et les rancœurs d’aujourd’hui, ils vont découvrir que des deux côtés de la Méditerranée les mémoires saignent encore…

Ce que j’en pense:

Sébastien Touraine, ex-flic de la brigade des stups reconverti en détective privé, muré dans sa douleur depuis la disparition d’Emma, se voit confier par la sœur du soldat le soin d’enquêter sur sa mort. En effet, quelques jours auparavant, elle a été contactée par un ancien compagnon d’armes de son frère, qui lui a révélé que son frère n’était pas mort au combat, mais s’était suicidé.

« Un brave gosse. Pas fait pour la mort des autres et encore moins pour la donner » Elle charge donc Touraine d’aller interroger les trois anciens camarades d’Antoine. Or, tous ces témoins potentiels sont retrouvés morts avant qu’il n’ait pu les interroger. Pire encore, son logement est visité, on retrouve sa cliente égorgée à son hôtel, et coincé dans son dos, un rasoir lui appartenant.

Il n’en faudra pas plus pour en faire le premier suspect et coupable idéal. Et dès la première rencontre avec la commissaire Aïcha Sadia, on se doute bien que ça va faire des étincelles…

La recherche du tueur va nous ramener dans le passé, dans une sale guerre qui n’osait pas dire son nom, où les bourreaux se trouvaient dans chaque camp, dans les montagnes de Kabylie écrasées de soleil. Aïcha Sadia, de par ses origines, prend cette enquête très à cœur, jusqu’à commettre des erreurs de jugement dans ses analyses. Le duo avec Touraine, plus intuitif, fonctionne à merveille, et laisse prévoir de beaux lendemains.

L’écriture est vive, précise et le rythme de la narration ne nous laisse pas un instant de répit, d’un chapitre à l’autre, jusqu’à la surprise du dénouement, drôlement malin.
Avec en toile de fond, toujours le rappel de toutes les souffrances qui ont été générées par ce conflit, des deux côtés de la Méditerranée.

J’ai avalé ce livre en une soirée, comme une lampée de vieux marc. C’est fort, ça brûle quand ça passe, mais qu’est-ce que c’est bon !

Publicités

7 réflexions sur “Gilles Vincent – Djebel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s