Kishwar Desai – Les origines de l’amour

Desai-Les-origines-de-lA-couv4ème de couv.

Dans ce nouveau roman de Kishwar Desai, nous retrouvons la charmante et néanmoins tenace travailleuse sociale Simran Singh, décidée à sauver la petite Amelia, née par mère porteuse dans une clinique de Delhi. Ses parents, d’origine britannique, sont morts dans un accident suspect et la mère porteuse a mystérieusement disparu. Simran se lance dans une enquête qui la mène jusqu’à Londres, où elle doit non seulement tenter de retrouver les proches d’Amelia, mais aussi découvrir comment le bébé a pu naître séropositif…

Kishwar Desai nous entraîne dans le monde de la gestation pour autrui – un commerce international générant des millions de dollars ainsi que de terribles dérives. À vous glacer le sang !

Ce que j’en pense :

Kishwar Desai qualifie ses romans de « thrillers sociaux », des romans dans le cœur battant de l’Inde moderne qui découvre son chaudron d’inégalités, d’injustices et de traditions culturelles.

Exporter une grossesse en Inde peut paraître fantaisiste, mais c’est légal. Selon l’auteur, 25000 bébés naissent tous les ans de mères porteuses, et les abus et l’exploitation dans le système sont répandus, car chacun y gagne de l’argent.

Simran Singh est une travailleuse sociale sikhe de 45 ans, aidant, à contrecœur, un hôpital à fournir des mères porteuses pour des étrangers. Lorsque la petite Amélia naît, séropositive et que ses parents disparaissent tous deux quelques jours après dans des conditions suspectes, Simran se voit demander par ses amis médecins d’enquêter sur les conditions de cette contamination. Elle se rend donc à Londres pour rencontrer Edward, dont le nom figurait sur le dossier.

Dans le même temps, des livraisons d’embryons congelés sont saisies par la douane à l’aéroport de Mumbai, ou le personnel a des idées bien arrêtées sur le commerce de la vie humaine.

Neuf mois auparavant, à des milliers de kilomètres, Ben et Kate tentent désespérément de concevoir un enfant. Mais en dépit de leurs efforts, tout semble aller de travers, et après une autre fausse couche, le couple se rend en Inde pour trouver une mère porteuse pour porter leur bébé.

Mais à Londres, Simran n’est apparemment pas la bienvenue et ses recherches semblent déranger. Elle reçoit des SMS menaçants, on a même attenté à sa vie, mais notre fougueuse héroïne n’en continue pas moins à tirer toutes les sonnettes pour essayer d’avoir les réponses qu’elle est venue chercher.

La narration alterne les chapitres situés dans le temps présent, et ceux concernant Kate et Ben, depuis 9 mois auparavant, jusqu’à les amener, mois après mois à rejoindre le fil de l’histoire.

Au fil des chapitres, consacrés aux différents protagonistes de l’histoire, tels Mehta et Malti ou Rohit et Sonia, la vérité se fera jour et révèlera des pratiques, bien éloignées des enjeux de la GPA (Gestation pour autrui).
On rencontre un grand nombre de personnages et d’intrigues secondaires, dont les destinées s’entrecroisent, et aucun d’eux n’est entièrement noir ou entièrement blanc, chacun comporte sa part d’ombre, et les bons ne sont pas toujours là où on les attend.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Simran, anticonformiste, qui aime bien boire et fumer. Une femme qui se balade en jeans et pas coiffée mais qui si les circonstances l’exigent, porte le sari.
«Je savais par expérience que rien n’est plus sexy qu’un sari. Il dissimule le corps et le révèle à la fois […]. En plus, c’est le vêtement le plus facile à enlever du monde»

Dans ce roman, Kishwar Desai aborde un certain nombre de thèmes d’actualité qui font débat, en Europe comme en Inde, tels la gestation pour autrui, mais encore l’adoption par les couples homosexuels, ainsi que l’importance de la religion et du système des castes dans ce trafic.
«Ainsi, vous essayez de trouver le bon sperme pour votre cliente en fonction de sa caste? – Bien sûr madame, sinon le pays sombrera rapidement dans le chaos.- Et concernant la religion ?- Je l’inscris aussi. Le sperme musulman est réservé aux musulmans et le sperme hindou aux hindous…»

C’est un roman sur l’exploitation de femmes vulnérables, « de pauvres filles sans éducation et vivant dans la misère qui se retrouvent contraintes de louer leur ventre pour nourrir leur famille. Le système veut qu’elles n’aient pas d’autre choix. » Dans l’Inde, la GPA, même si elle est discutée et contestée, fait l’objet d’un marché très lucratif pour certains. Il aborde également, de manière plus anecdotique, la recherche à partir de l’utilisation de cellules souches embryonnaires.

Ce roman ne porte aucun jugement ni réponse à des questions d’éthique, il nous présente toute une galerie de personnages, Indiens ou Occidentaux, chacun avec leurs problèmes et leur histoire, et les utilise pour en faire un livre qui nous donne à réfléchir, en nous faisant voyager dans un univers bien différent du nôtre.

Un bon moment de lecture, avec un roman différent, dépaysant à souhait.

L’auteure:
Kishwar2

Kishwar Desai , née en 1956, est une journaliste et une femme de lettres indienne.

Ses romans drôles et pamphlétaires sont essentiellement consacrés à la condition des femmes en Inde. Son premier roman, Témoin de la Nuit, a été traduit en plus de 25 langues, et a reçu plusieurs récompenses dont le Prix Costa.
Après avoir été journaliste, elle se consacre à l’écriture de polars, assez drôles et pamphlétaires, bien que consacrés à des thèmes souvent dramatiques. avec comme personnage central récurrent une travailleuse sociale célibataire et délurée.
Son premier roman, Témoin de la Nuit, un roman policier, a été traduit en plus de 25 langues. Il décrit et critique férocement la condition des femmes en Inde. Il a reçu plusieurs récompenses dont le Prix Costa.
Un autre polar, Les origines de l’amour, a été très bien accueilli par la critique dans les pays anglo-saxons, en juin 2012. Il traite de la gestation pour autrui (GPA). Il a été publié en France en 2014.
Son dernier roman, La mer d’innocence est paru en Inde en 2014 et est annoncé au Royaume-Uni et en Australie.

Publicités

9 réflexions sur “Kishwar Desai – Les origines de l’amour

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s