Olivier Truc – Le dernier Lapon

dernier-lapon-oilivier-truc4ème de couv.

Kautokeino, Laponie centrale, 10 janvier. Nuit polaire, froid glacial.

Demain, le soleil disparu depuis 40 jours, va renaître. Demain, entre 11h14 et 11h41, Klemet va redevenir un homme, avec une ombre. Demain le centre culturel va exposer un tambour de chaman légué par un compagnon de Paul-Emile Victor.  Mais dans la nuit le tambour est volé. Les soupçons iront des fondementalistes protestants aux indépendantistes sami. La mort d’un éleveur de rennes n’arrange rien à l’affaire. La Laponie, si tranquille en apparence, va se révéler terre de conflits, de colères et des mystères.
Klemet le Lapon et sa jeune coéquipière Nina, enquêteurs à la police des rennes vont se lancer dans une enquête déroutante à plus d’un titre. Quel peut bien être le rapport entre ce tambour sacré et la mort de Mattis, un simple éleveur de rennes ?

Ce que j’en pense :

D’entrée de jeu, on est captivés : tout d’abord par l’atmosphère, glaciale comme l’enfer, les paysages immenses et sauvages, ce peuple des Sami et leur amour du soleil et de la lumière si rares en Laponie, mais tellement désirés et désirables.

« – Chuuut. Pas maintenant. Tu vas me gâcher le moment le plus magique de l’année.
Nina le regarda sans comprendre. Klemet ramassa le Finnmark Dagblad du jour et lui montra la dernière page, celle de la météo. (…) Klemet était recueilli, les yeux plissés. Le soleil avait de la difficulté à décoller. Il demeurait à proximité de l’horizon. Klemet paraissait maintenant observer son ombre dans la neige, comme s’il découvrait une magnifique œuvre d’art. Puis les enfants se remirent à jouer, des adultes à se taper dans les mains ou à sauter sur place. Le soleil avait tenu parole. Tout le monde était rassuré. L’attente, quarante journées sans ombre, n’avait pas été vaine. »

L’enquête, qui s’oriente d’abord sur des rivalités entre éleveurs, va se révéler bien plus complexe et mettre en lumière d’autres mobiles, d’autres intérêts.

Depuis les fondamentalistes protestants aux groupes politiques d’extrême droite, qui aussi pouvaient trouver un intérêt à voir disparaître ce tambour, symbole de la civilisation aborigène ?

Et quel est le rôle de ce géologue français qui écume les bars de la région ? Il faudra toute l’intelligence et la ténacité de nos deux enquêteurs pour démêler l’écheveau, et parvenir enfin à la vérité.

L’enquête policière proprement dite prend une dimension plus ethnologique et écologique avec la recherche du tambour. Les enquêteurs sont confrontés au racisme, à la ségrégation, toutes choses qui conduisent à la disparition d’une culture ancestrale.

L’écriture est précise et, avec une profusion de détails pittoresques, nous fait découvrir la culture des sami, peuple aborigène de Laponie, nous invite dans les « gumpi » (tentes traditionnelles), de ces éleveurs de rennes.

Par petites touches, l’auteur nous dévoile peu à peu son intrigue. Ce récit décrit de manière fort poétique les paysages de ces immensités glacées, et les traditions et les coutumes des gens qui y vivent, et nous brosse un portrait sans concessions des sociétés suédoises et norvégiennes où règne le racisme envers les indigènes lapons.), et l’exploitation intensive de leur sous-sol à la recherche de métaux rares.

Ce qui m’a touché dans ce roman, plus que l’enquête policière et le formidable dépaysement qu’il nous procure, est la dimension sociale et ethnologique qu’il véhicule sur le devenir d’une culture Lapone en résistance face à sa disparition programmée. La dignité et le courage de ces hommes déjà aux prises avec un environnement hostile, qui se battent pour préserver leur mode de vie, forcent le respect.

Dans un paysage incroyable, des personnages attachants et forts nous plongent aux limites de l’hypermodernité et d’un peuple luttant pour sa survie culturelle. Un thriller magnifique et prenant, écrit par un auteur au style direct et vigoureux, qui connaît bien la région dont il parle.
Olivier Truc, journaliste français installé à Stockholm, signe avec ce premier roman un récit époustouflant de maîtrise sur ces terres inhospitalières du grand nord.
A coup sûr, un grand roman !

olivier-trucL’auteur :

Olivier Truc

Journaliste depuis 1986, il vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point, après avoir travaillé à Libération. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la télévision. Il est l’auteur de la biographie d’un rescapé français du goulag, L’Imposteur (Calmann-Lévy).

Publicités

11 réflexions sur “Olivier Truc – Le dernier Lapon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s