James Renner – L’obsession

obsession14ème de couv.

L’homme de Primrose Lane : on ne lui connaissait pas d’autre nom. Sans famille, sans amis, il vivait reclus dans une petite ville de l’Ohio. Quand on le retrouve assassiné, la stupeur du voisinage est totale. Personne n’est capable d’expliquer pourquoi il a été tué, et son passé est une énigme. Si l’on découvre, en effet, que l’homme de Primrose Lane était immensément riche et qu’il tenait depuis des années un journal relatant à son insu les moindres faits et gestes d’une jeune fille du quartier, sa véritable identité reste un mystère.
Quatre ans après les faits, hanté par les fantômes d’un passé douloureux, l’écrivain David Ness décide de consacrer son nouvel ouvrage à cette étrange affaire jamais résolue. Mais son enquête, qui prend bientôt un tour des plus imprévus, se mue petit à petit en obsession fiévreuse, qui va le mener aux portes de la folie.

Ce que j’en pense :

Drôle de roman que celui-ci :
L’histoire débute par le meurtre de celui que l’on appelait « l’homme de Primrose lane », un homme qui vivait reclus depuis des années. Nous faisons ensuite la connaissance de David Neff, un écrivain tourmenté auteur d’un livre de journalisme qui a connu un grand succès d’édition : »Le protégé du tueur en série ».

Sa femme Elizabeth s’est suicidée peu après la naissance de leur fils Tanner, aujourd’hui âgé de 4 ans. Depuis, il a cessé d’écrire et mène une vie très solitaire, se consacrant entièrement à son fils et vivant des confortables royalties que lui verse son éditeur.

Lequel éditeur entre en contact avec lui pour lui demander d’écrire un livre sur cette dernière affaire, l »Homme de Primrose Lane ». Et plus il enquête sur ce crime, d’autres coïncidences se font jour. Personne ne sait qui était ce reclus, mais il a laissé des preuves qu’il savait des choses sur David et sa femme Elizabeth, qu’il pourrait avoir connue.

Nous apprenons qu’Elizabeth avait une sœur jumelle qui fut enlevée et probablement assassinée à l’âge de 10 ans. A notre surprise, il est accusé du meurtre de sa femme que, pensons-nous, il aimait.

Il entame ensuite une relation avec une jeune femme ressemblant étrangement à sa femme décédée et qui faillit elle-même être enlevée à l’âge de 10 ans.

Le premier tiers de ce roman est de facture assez classique, alternant les chapitres consacrés à David et des flashbacks nous relatant sa rencontre et le début de sa relation avec Elizabeth. La manière dont il la rencontre et la séduit est joliment décrite.

Ensuite dans un flashback en 1986, un policier local se retrouve confronté à un alien au physique de grenouille, sorti d’un vaisseau spatial en forme d’œuf et équipé d’une arme émettant des étincelles de lumière. Le lecteur patient apprendra en temps voulu que diable pouvait avoir à faire cette apparition avec le sort de David Neff.

Et à partir de ce moment, le récit prend une autre tournure, distordu dans le temps et dans l’espace. Renner voyage dans le temps entre passé et futur et soulève des questions auxquelles il ne répond pas immédiatement, mais la qualité de son écriture nous incite à continuer plus avant, en dépit de notre confusion grandissante, jusqu’au dernier tiers du roman qui donne carrément dans la science fiction.

Par certains côtés, ce livre pourrait faire penser au 22/11/63 de Stephen King, mais là où le King est plus linéaire, la narration de Renner devient vite déconcertante. J’ai trouvé ça un peu embrouillé, on ne sait plus qui est et qui fait quoi. Mais en fin de compte, l’auteur arrive quand même à rassembler tous les fils pour imaginer tout de même une fin assez brillante.

Ce roman à demi-autobiographique explore les obsessions de l’auteur à travers son double David. Ponctué de moments de tendresse désespérée, ce conte particulièrement exigeant et sinistre, provoque des réflexions troublantes sur la culpabilité et l’innocence, le bien et le mal, la vengeance et la rédemption.

En dépit d’indéniables qualités d’écriture, et d’un scénario très habile, ce livre m’aura laissé un sentiment un peu mitigé, sûrement de par son côté fantastique qui ne sied pas trop à mon esprit cartésien.
Mais je suis sûr que beaucoup vont l’adorer…

renner-jamesL’auteur :
James Renner est un journaliste d’investigation et producteur de films de Cleveland (Ohio).
Il a écrit pour le Cleveland Scene, et est éditeur d’un journal alternatif « l’Indépendant ».

Publicités

9 réflexions sur “James Renner – L’obsession

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s