Éléna Piacentini – Un Corse à Lille

4ème de couv.

Corse à lillePierre-Arsène Léoni vient d’intégrer la P.J. de Lille, après s’être forgé une réputation de dur à cuire à Marseille. A peine est-il installé qu’une drôle d’affaire se présente: Stanislas Bailleul, chef d’entreprise, a été retrouvé mort dans son bureau après avoir disparu pendant une dizaine de jours. Le tueur a tracé une croix sur le torse de sa victime et dessiné un sourire au marqueur rouge. Cette mise en scène laisse le commandant et ses adjoints perplexes. Stanislas Bailleul ne semblait pas très apprécié de ses employés. Mais quand d’autres chefs d’entreprises sont enlevés, torturés et assassinés, Léoni s’interroge: rackets, crimes mystiques ou règlements de compte?

 

 

Ce que j’en pense :

Au lendemain de la grande braderie de Lille, à l’heure où la ville digère encore ses excès de bière, de moules et de frites, le commandant de police Pierre-Arsène Léoni, 35 ans, beau brun ténébreux et sans attaches, débarque rue Princesse dans le vieux Lille.

Un flic corse à Lille ? Quelle drôle d’idée… Je vois déjà le genre : « Bienvenue chez les chtis » dans la police…. Que nenni ! Point de clichés ni de caricature dans ce roman, où le dépaysement est traité de façon très subtile.

Être muté de Marseille à la P.J. de Lille, ce n’est pas à franchement parler une promotion et les circonstances qui ont conduit à cette affectation restent mystérieuses. Plus original, il arrive accompagné d’Angèle, sa mémé corse qui l’a élevé et pour laquelle il a toutes les attentions. Mémé Angèle, qui voue un amour sans bornes à son petit-fils, et lui prépare de bon petits plats aux odeurs de leur île natale. Parfums de broccio, de figatellu et d’huile d’olive qui sont pour Pierre-Arsène comme la madeleine de Proust.

Une jeune femme est retrouvée morte dans un fossé. Les premières constatations font penser à une prostituée, mais le style et la mise soignée de la victime laissent à penser qu’elle n’est peut-être pas ce qu’elle paraît. La suite va mettre au jour un réseau de prostitution international, vers des maisons où les filles sont soumises aux plus extrêmes sévices.

D’autre part, le meurtre d’un chef d’entreprise, selon une étrange mise en scène, ne laisse pas d’interpeller les policiers. Que signifient les scarifications infligées à la victime ?
Le commandant Léoni se met vite dans le bain, et dès la première prise de contact, s’assure une adhésion pleine et entière de son équipe, séduite par son écoute, son professionnalisme et son énergie.

« Pierre-Arsène venait de gagner des points auprès de chacun des membres de son équipe. Et même si le capitaine Baudouin se demandait encore comment il allait faire avaler la pilule aux services du légiste, il se réjouissait de cette initiative. Le « corsois », comme il l’avait déjà surnommé, avait pris les commandes et il ne s’en laisserait pas conter.« 

Avec les premières auditions de témoins, il apparaît que la victime était un patron particulièrement tyrannique, et chacun de ses employés était un suspect en puissance. L’enquête s’oriente sur la relation de la victime avec un cabinet de coaching personnel. Enquête qui va connaître une accélération avec la disparition et le meurtre d’un deuxième patron, et l’enlèvement d’un troisième, ayant sollicité eux aussi une société de conseil en coaching.

Ce récit nous fait pénétrer dans le monde mystérieux des sociétés de coaching et d’amélioration personnelle. Dans quelle mesure le conseiller œuvre-t-il pour le bien de ses clients, et dans quelle mesure peut-t-il user, ou abuser de son pouvoir psychologique pour devenir une sorte de gourou et influer sur leurs vies. C’est là toute l’ambiguïté de cette profession.
Dans le même temps, l’enquête sur la jeune femme assassinée évoque le monde de la prostitution et de ses dérives extrêmes, jusqu’aux « snuff movies ».

Dans ce premier roman mettant en scène Pierre-Arsène Léoni, nous faisons connaissance avec le héros, célibataire endurci, au désespoir de sa mémé Angèle, qui voudrait bien le voir enfin « casé ». Un policier très humain, à l’écoute de ses hommes, et qui n’hésite pas à payer de sa personne.

Son équipe est composée de personnages très attachants, au caractère bien marqué, chacun d’eux portant en lui le poids d’histoires différentes, dont les détails nous seront révélés à la toute fin du roman. Il se crée au sein de ce groupe une alchimie, des affinités que ne manqueront sûrement pas de renforcer les prochains épisodes.

Le style est enlevé, l’écriture légère et précise, faite de chapitres courts, rythmés. L’intrigue, tortueuse, demeure tout de même facile à suivre et l’on s’attache rapidement à ces hommes et femmes aux tempéraments si différents, mais si complémentaires, qui forment l’équipe de Léoni.

Un premier contact très agréable avec la plume d’Éléna Piacentini, auteure corse exilée dans les frimas du Nord, à l’image de son héros. Je reviendrai, sans aucun doute, suivre les enquêtes de Léoni.

Éditions Ravet-Anceau, 2008

L’auteure:

PiacentiniÉléna Piacentini est une auteure de polars française née en Corse.

Elle a passé toute son enfance et son adolescence en Corse, entre le maquis et les bras de sa grand-mère.

Ses études supérieures et sa vie professionnelle l’obligent à traverser la Méditerranée pour un périple toujours plus septentrional. Nice, puis la Normandie, Paris, et enfin Lille, où elle s’installe en 2003.

Elle propose en 2008 son premier roman policier, commencé deux ans plus tôt, aux éditions Ravet-Anceau: Un Corse à Lille. C’est le début de sa collaboration avec cet éditeur, et le livre connaît un succès immédiat. Un Corse à Lille présente son personnage fétiche, Pierre-Arsène Leoni, policier insulaire émigré dans le Nord en compagnie de sa grand-mère. 

Source : Wikipédia

 

Publicités

10 réflexions sur “Éléna Piacentini – Un Corse à Lille

  1. Ah , Elena , ses polars et romans sont tout aussi remarquables et en nette progression à chaque opus!! Elle a changé d’éditeur et c’est de mieux en mieux! Elle est désormais primée partout et prélectionnée cette année à Quais du Polar de Lyon , c’est dire! En féminin , c’est ma chouchoute ,son équivalent masculin , c’est Marin Ledun! Le nouvel éditeur d’Elena , c’est « Au delà du Raisonnable » , une remarquable « petite » maison d’édition de Paris! Elle est à conseiller vivement , Vincent!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s