Antonio Garrido – Le lecteur de cadavres

Antonio Garrido nous raconte l’histoire de Ci Song, dans la Chine du XIII siécle. Ce personnage, ayant réellement existé, est considéré par tous comme le père de la médecine légale. Il fut le premier à déterminer les causes de la mort de par l’observation des cadavres, d’où son titre.
D’une famille modeste, il va s’élever, par la seule force de son ambition et de son intelligence, et de ses extraordinaires capacités d’observation et d’analyse, jusqu’à intégrer la prestigieuse académie Ming où il compte étudier pour devenir un lecteur de cadavres, ultime étape avant d’obtenir le statut de juge.

« Avant d’avaler une bouchée, il se dirigea vers le petit autel qu’il avait dressé près d’une fenêtre, à la mémoire de son grand-père. Il ouvrit les volets et respira à pleins poumons. Dehors, les premiers rayons de soleil filtraient timidement à travers la brume. Le vent fit osciller les chrysanthèmes placés dans le vase des offrandes et raviva les volutes d’encens qui s’élevaient dans la pièce. Cí ferma les yeux pour réciter une prière, mais une seule pensée vint à son esprit : « Génies des cieux, permettez que nous retournions à Lin’an. »

Rien n’est épargné au jeune Ci Song. En plus de son don d’observation et de son intelligence, il cultive une curieuse propension à attirer sur lui tous les malheurs de la terre. A tel point qu’on se demande comment il arrivera entier au bout du roman. Tout au long, il est confronté à diverses embûches, et à peine se sort-il de l’une, une autre tuile lui tombe dessus. Mais il continue d’aller de l’avant, guidé par sa volonté, jus qu’à atteindre la cour, où il va être amené à enquêter sur une série de crimes dans l’entourage immédiat de l’Empereur. Là aussi, il devra jouer serré, allant jusqu’à parier sa propre vie, sûr de son intelligence, et de ses déductions, pour arriver à dénouer l’écheveau emmêlé de ces intrigues de Palais.

« Soudain, quelque chose bougea. Cí sursauta et, surpris, rejeta la tête en arrière, mais lorsqu’il s’aperçut qu’il s’agissait d’une petite carpe, il poussa un soupir de soulagement.
« Stupide bestiole. »
Il se leva et piétina le poisson, essayant de se calmer. Alors il aperçut une autre carpe avec un lambeau de chair dans la bouche.
Il voulut reculer, mais glissa et tomba dans l’eau au milieu d’un tourbillon de boue, de saleté et de sang. Malgré lui, il ouvrit les yeux en sentant une souche le frapper au visage. Ce qu’il vit lui paralysa le cœur. Devant lui, un chiffon enfoncé dans la bouche, la tête décapitée d’un homme flottait au milieu des débris végétaux. »

Après un début un peu lent, le temps de mettre en place les personnages et de poser les bases de l’histoire, le roman s’accélère dès que le jeune Ci quitte la ville de Li’Nan, pour prendre son allure de croisière, nous réservant à chaque chapitre un rebondissement, du suspense et des interrogations qui font qu’il nous devient difficile de lâcher ce bouquin.

Bien que la trame principale du roman soit fictive, ainsi que la curieuse capacité du personnage principal d’être insensible à la douleur, nous sommes là devant un thriller d’ atmosphère, saupoudré à tout moment de faits, de moments et de personnages historiques, d’une grande rigueur. Les procédures d’autopsie sont extrêmement détaillées, et nous donnent un bon aperçu des balbutiements de la médecine légale, bien loin des prouesses de Kay Scarpetta ou de Temperance Brennan.

«Iris Bleu m’a dit que Feng connaissait d’innombrables façons de mourir. Et il se peut que ce soit vrai. Peut-être existe-t-il vraiment d’infinies façons de mourir. Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’y a qu’une façon de vivre.»

Une histoire superbement documentée, contée dans un style impeccable rythmé, et où les descriptions ne viennent pas apourdir le récit, dans la Chine médiévale, dans laquelle les faits historiques authentiques sont judicieusement placés, ce qui donne à ce roman des accents de vérité. Cette Chine que l’auteur s’ingénie à nous rendre réelle, à travers les mille détails de la vie quotidienne, sur la vie des petites gens et des nobles.

On pourra trouver en fin d’ouvrage un très important glossaire, une mine d’informations sur les us et coutumes de la Chine de l’époque, et de très importantes données bibliographiques.

Un agréable voyage dans le temps et l’espace, très distrayant, un très bon moment de lecture.

Éditions Grasset, 2014

4ème de couv.

Le-lecteur-de-cadavres-713147-d256Inspiré d’un personnage réel, Le lecteur de cadavres nous plonge dans la Chine Impériale du XIIIe siècle et nous relate l’extraordinaire histoire de Ci Song, un jeune garçon d’origine modeste sur lequel le destin semble s’acharner. Après la mort de ses parents, l’incendie de sa maison et l’arrestation de son frère, il est contraint de fuir son village avec sa petite sœur malade.
Ci se retrouve dans les quartiers populaires de Lin’an, la capitale de l’Empire. où la vie ne vaut pas grand-chose. Il devient un des meilleurs fossoyeurs des « champs de la mort », puis, grâce à son formidable talent pour expliquer les causes d’un décès, il est accepté à la prestigieuse Académie Ming.
L’écho de ses exploits parvient aux oreilles de l’Empereur. Celui-ci le convoque pour enquêter sur une série d’assassinats qui menacent la paix impériale. S’il réussit, il entrera au sein du Conseil du Châtiment, s’il échoue : c’est la mort.
C’est ainsi que Ci Song, le lecteur de cadavres, devint le premier médecin légiste de tous les temps.
Un best-seller captivant et richement documenté où, dans la Chine opulente et exotique de l’époque médiévale, la haine et l’ambition se côtoient, comme l’amour et la mort.

L’auteur :

AVT_Antonio-Garrido_9704Antonio Garrido Molina, né en 1963 à Linares, dans la province de Jaén, est un écrivain espagnol, auteur de roman policier historique.
fait des études d’ingénieur industriel à l’université polytechnique de Las Palmas. Il est ensuite professeur à l’Université CEU Cardinal Herrera de Valence, puis à l’Université polytechnique de Valence.
Il amorce sa carrière littéraire en 2008 avec le roman policier historique La Scribe (La escriba), dont l’action se déroule dans la Franconie, en l’an 799. L’ouvrage devient un best-seller traduit dans une douzaine de langues. Le Lecteur de cadavres (El Lector de Cadáveres), paru en 2011, est un second roman policier historique, dont le héros, inspiré d’un personnage réel de la Chine impériale du XIIIe siècle, a le don d’expliquer les causes d’un décès grâce à un examen minutieux des corps.
Il vit à Valence.

(Source: Wikipedia)

Publicités

15 réflexions sur “Antonio Garrido – Le lecteur de cadavres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s