Dominique Sylvain – L’Archange du chaos

Je connaissais l’écriture de Dominique Sylvain pour avoir lu quelques-uns de ses romans mettant en scène Lola Jost et Ingrid Diesel qui, au-delà de l’enquête policière, démontraient une certaine fantaisie, voire légèreté.
Avec ce nouveau roman, elle entre dans un univers plus noir…

Le corps d’une femme est découvert dans les caves d’un chantier en construction. La cruauté des sévices, tortures, langue sectionnée, contraste avec la position dans laquelle on a retrouvé le corps : paisible, les mains jointes sur la poitrine, à la manière d’un gisant.

L’enquête est confiée au groupe Carat, qui connait des jours difficiles. Sa cohésion est battue en brèche depuis que Carat a dénoncé un de ses adjoints pour alcoolisme et l’a soumis à une obligation de soins. Les autres membres de son groupe connaissent une baisse de motivation évidente, l’un en raison d’une prochaine paternité, l’autre de son prochain départ en retraite.

La jeune lieutenant qu’on lui affecte, Franka Kehlmann, une protégée de sa commissaire divisionnaire, arrive de la brigade financière, et a des lieues donc de l’univers de la Crime. La cohabitation entre les deux ne va pas aller sans heurts.
Les premières découvertes de l’équipe les amènent à interpeller un ouvrier du chantier, qui sera rapidement libéré, tant il devient vite évident que des indices ont été déposés chez lui pour l’incriminer…

Les résultats de l’autopsie révèlent que la victime a été torturée puis soignée. Cette constatation conduit les enquêteurs sur la piste religieuse, notamment celle de l’ordalie, pratique datant du moyen âge, sorte de jugement de Dieu. D’autres morts, suivant le même schéma, s’ajoutent à la première, sans que l’on puisse établir un lien entre elles.

« Tu baigneras dans la lumière. Tu seras noyée dans l’étang de feu. »
Ces quelques extraits de l’apocalypse, retrouvés près des cadavres, orientent l’équipe d’enquêteurs vers la piste religieuse.

« Quand il ouvrit le sixième sceau, il se fit un violent tremblement de terre. Le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la Lune entière comme du sang. Les étoiles du ciel tombèrent sur la Terre, comme fruits verts d’un figuier battu par la tempête. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule, toutes les montagnes et les îles furent ébranlées »… « Je suis l’Alphe et l’Oméga, le Premier et le Dernier, le Commencement et la Fin. »

Entre le commandant Carat et Franka Kehlmann, les débuts sont plutôt difficiles, mais au fur et à mesure que l’enquête avance, ils se découvrent peu à peu et apprennent à s’apprécier, et à se découvrir. Ils ont chacun leur fardeau à porter, Colin Mansour pour Carat, et Joey le jeune frère fantasque de Franka. En plus, apparaît dans l’histoire le père de Franka, qu’elle surnomme « le chacal », en tant qu’expert sur les pratiques religieuses et l’ordalie. Ce père qu’elle rend responsable du suicide de sa mère et avec lequel elle est brouillée. On conviendra que ce n’est pas fait pour lui apporter la sérénité d’esprit qu’exige cette enquête si compliquée…

Le style est percutant, les dialogues sont vifs et bien ciselés. Intercalés dans le scénario, des chapitres de quelques lignes, du point de vue du tueur, citant les Écritures, occasionnent une rupture de rythme, mais ne nous éclairent guère sur ses motivations. J’ai davantage été intéressé par les rapports humains assez complexes qui se nouent entre les personnages, que par l’enquête policière elle-même, entre historique et mystique, même si elle aborde des aspects sur des pratiques religieuses anciennes dont je pense qu’elles sont peu connues.

A la fin du roman, le dernier chapitre me paraît quelque peu superflu. A moins que ce soit une préparation à de futures enquêtes du duo Carat- Kehlmann !!!
Si c’est le cas, je suivrai leurs nouvelles aventures avec plaisir, comme ce fut le cas pour cet opus, un bon moment de lecture.

Éditions Viviane Hamy, (2015)

 

4ème de couv :

larchange-du-chaosLe commandant Carat – un sosie de Lino Ventura – doit débusquer le meurtrier qui sème l’horreur dans Paris et sa banlieue. Et ce, à un moment où il peine à motiver son groupe, qui a hérité d’une nouvelle recrue, le lieutenant Franka Kehlmann, protégée de la divisionnaire.
L’adversaire, redoutable, semble croire en la justice divine. Détail troublant : il anticipe tous les mouvements de la police. Jusqu’au jour où l’enquête bascule…

La femme repose dans le choeur. Qui est la Bête de nous deux ? Hein ?
Idiote. Je vais t’apprendre.
L’archange est celui qui sait sans réfléchir. Il est le peseur d’âmes. Le milicien du Très-Haut. Il ne craint jamais de lever son glaive, même au-dessus de l’agneau, car l’âme de l’innocent ne se détecte pas sans efforts.
Rien dans ce monde n’est ce qu’il paraît.

La collaboration de Bastien Carat et de Franka Kehlmann fait des étincelles tandis qu’ils explorent l’histoire universelle des châtiments infligés par l’homme, décryptent les destins, fouillent les âmes. L’Archange du chaos, porté par un style détonant, explose les codes du thriller et frappe très fort.

L’auteure :

DominiqueSylvain

Dominique Sylvain, née en 1957, est une écrivaine française de romans policiers et de romans noirs.

Elle a été journaliste indépendante pour Le Journal du dimanche, puis journaliste d’entreprise et responsable du mécénat dans la sidérurgie (groupe Usinor).

Elle a reçu le Prix Sang d’encre en 2000 pour Vox, le prix Michel-Lebrun en 2001 pour Strad, le Grand prix des lectrices de Elle 2005 pour Passage du Désir et le Prix du meilleur polar français 2011 décerné par la rédaction du magazine LIRE pour Guerre sale.

Ses romans ont tous été publiés aux Éditions Viviane Hamy, dans la collection Chemins nocturnes.

(Source : Wikipédia)

Publicités

9 réflexions sur “Dominique Sylvain – L’Archange du chaos

  1. je crois que je n’ai lu pour le moment qu’un seul de ses romans,  » passage du désir » que j’avais bien aimé. J’avais rencontré l’auteur à Frontignan il me semble à moins que ce soit à Lyon je ne sais plus. Auteure fort charmante et très sympa. J’essaierai d’en lire un autre tiens à l’occasion ! Amitiés !

    Aimé par 1 personne

    • Rencontré l’auteure à la Comédie du livre… Très sympa et accessible…Passage du désir est à mon avis un de ses meilleurs avec le tandem Lola et Ingrid… « Guerre sale » n’est pas mal non plus…
      Amitiés, mon souriceau…

      J'aime

  2. Faudra que j’en teste un avant le Lavandou ( oui elle y sera normalement) , par contre c’est une idée où les citations bibliques reviennent à la mode . J’dis ça parce que je viens d’en lire où, bien que les motivations du tueur soient peut-être différentes , c’est le même schéma.

    Aimé par 1 personne

  3. Si je te lis entre les lignes, mon ami Vincent, je ne dois pas me précipiter. J’en ai lu un – j’ai oublié le titre – qui ne m’avait pas enchanté. Je renouerai l’expérience à l’occasion. Amitiés.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s