Guillaume Audru – Les ombres innocentes

Clinique psychiatrique des Dômes :
« Lucie. Elle est arrivée à la clinique psychiatrique des Dômes il y a une dizaine d’années. On ne sait plus exactement quand, ni pourquoi et encore moins comment. Un numéro parmi tant d’autres. Tout le monde ou presque voudrait l’ignorer, mais elle s’est inscrite de façon indélébile dans la mémoire des employés. Au début le personnel s’est intéressé à ses crises vociférantes de lacération… Puis les soignants se sont habitués et se sont concentrés sur d’autres cas plus faciles à gérer, moins éprouvants. Ils ont même cherché à oublier le son de sa voix quand elle tente de s’exprimer. »
Héléna Roussillon, aide-soignante, est la seule personne à prendre soin de Lucie. Le personnel médical trouve suffisant de la gaver de psychotropes et de calmants, sans chercher à comprendre les origines de son traumatisme.

Marcel Chauffour, un vieillard roué de coups, est retrouvé errant sur une route de Corrèze. Il refuse de donner le nom de ses agresseurs. L’officier de gendarmerie chargé de recueillir sa déposition accepte l’explication invraisemblable de la chute dans l’escalier.
Dans une ferme de l’Aubrac, une vieille femme est retrouvée morte dans sa grange, éventrée et pendue à un croc de boucher.
A la lecture de la rubrique faits-divers du canard local, Élie Sarrabé, commissaire de police à la retraite, se trouve confronté à son passé. Il prend contact avec Matthieu Géniès, obscur journaliste cantonné à la rubrique des chiens écrasés. L’histoire qu’il lui raconte est prometteuse et annonciatrice de gros tirages.

L’expérience en matière de morts violentes du Lieutenant Serge Limantour, de la gendarmerie locale, se limite à un homicide par an tout au plus. Il va avoir fort à faire pour démêler l’écheveau de ces trois intrigues.

« Sarrabé contemple le troquet où le temps s’est arrêté. Antique comptoir en formica. petits carreaux grisâtres au sol. Des publicités pour Ricard ou Cinzano. Des bistrots comme on n’en fait plus. Un lieu qui ferait plaisir à Jean-Pierre Pernaut. Juchés sur des tabourets, face au zinc, deux petits vieux refont le monde. »
Ce roman, situé dans la  France profonde, exhale un vrai parfum d’authenticité. En plus de la description très réaliste des lieux de l’action, tous les personnages « sonnent juste et vrai ». Ceux qui ont vécu dans des petits villages de campagne en ont sûrement déjà croisé de semblables.

En filigrane de ces trois histoires, se fait jour un épisode peu glorieux de notre Vème République : De 1963 à 1982, 1 630 enfants réunionnais ont été déplacés de leur île natale et envoyés, pour la plupart, dans la Creuse et en Lozère, départements en voie de désertification. Dans un premier temps des orphelins, puis des enfants arrachés à leur famille en échange de la promesse d’une vie meilleure, se verront placés dans des fermes, comme main d’œuvre gratuite pour les paysans du coin. Ce déracinement, la perte de leur identité et de leurs repères familiaux entraînera pour bon nombre d’entre eux des traumatismes dont peu sortiront sans dommage.

C’est un roman au parfum de terroir, loin des villes et des banlieues, qui met en scène des personnages vrais, authentiques, et qui explore toute la palette des sentiments humains, du bien et du mal, de la vengeance et de la rédemption.

Une très belle lecture, que je recommande.

Éditions du Caïman, 2015


4ème de couv :

ombres innocentesMassif central, été 2013. Un vieillard est retrouvé hagard sur une route de Corrèze. Il a été frappé mais refuse de dénoncer ses agresseurs. Dans une ferme du plateau de l’Aubrac, une femme âgée, pendue à un croc de boucher de sa propre ferme, est découverte par son fils. Dans une clinique psychiatrique proche de Clermont-Ferrand, une femme oubliée de tous hurle sa haine. Trois affaires sans lien apparent. Trois personnes dont la vie va basculer. Matthieu Géniès, journaliste dans un canard de Corrèze. Serge Limantour, gendarme revenu de tout. Héléna Roussillon, aide-soignante qui, jour après jour, tente de comprendre le mal qui ronge sa patiente.

 

L’auteur :

Guillaume Audru est né en 1979 à Poitiers. Il est tombé dans la marmite du polar dès sa prime jeunesse, préférant lire Agatha Christie ou Maurice Leblanc plutôt que Oui-Oui. Et ses études dans le domaine de la logistique, où il a ingurgité Ellroy plutôt que les lectures obligatoires de Maupassant, n’y ont rien changé. Le polar est devenu pour lui une telle religion qu’il crée le blog désormais incontournable : « Territoires Polars ». Et, de fil en aiguille, après plusieurs essais infructueux, il s’est attelé avec un égal plaisir à l’écriture de son premier polar. Aujourd’hui, il travaille pour un grand groupe privé et est aussi le président de l’association poitevine « L’Instant Polar ».
Son premier roman « L’île des hommes déchus » a été récompensé du Prix du Balai de la Découverte 2014.

(Source:Polars Pourpres)

Publicités

17 réflexions sur “Guillaume Audru – Les ombres innocentes

  1. Encore une fois tu nous sors une belle chronique pour le dernier roman de Guillaume ! J’ai adoré son premier ,  » L’île des hommes déchus » dont j’avais suivi la gestation avant que notre ami trouve un éditeur. J’ai commandé et reçu celui ci que je ne manquerai pas de lire, mais j’ai avant ca quelques bouquins à lire avant ! c’est pas tout de manger du foie gras, des langoustes et autres mets succulents et boire des vins si doux à la glotte, mais pendant ce temps là, les livres s’entassent ! En tout cas, tu me donnes bien envie de le lire rapidement !!!! je t’en dirai des nouvelles mon bon Jean !

    Aimé par 2 people

  2. Merde, je voulais placer le what’else à George, mais David m’a devancé ! Je note le roman qui nous parle de la civilisation… sarcastique, le mot civilisation, dans ce cas-ci, car déraciner des enfants et en faire de la main-d’œuvre bon marché… 😦

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Les ombres innocentes de Guillaume Audru (Editions du Caïman) | blacknovel1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s