Richard Montanari – Funérailles

L’inspecteur Kevin Byrne est de retour à Philadelphie après une semaine de vacances dans les monts Poconos. Il va prendre un verre dans son « diner » favori, manière de renouer le contact avec sa ville, avant de reprendre le travail. Dans un coin du bar, il remarque une tête connue : Anton Klotz, un dangereux tueur de sang-froid à qui il a eu affaire par le passé. Byrne, la main sur son arme, se tient prêt à toute éventualité, mais Klotz lui aussi l’a reconnu. Pour se protéger, il prend une jeune femme en otage et, malgré les efforts de Byrne pour le raisonner, il l’égorge, sous les yeux de son mari, avant d’être abattu par les snipers de la police. Byrne se reprochera longtemps d’avoir privilégié le dialogue et de ne pas avoir abattu Klotz quand il en avait l’occasion.
« Byrne avait souvent été confronté à la douleur du deuil, mais rarement si tôt après un assassinat. Cet homme venait d’assister au meurtre sauvage de sa femme. Il s’était trouvé à quelques dizaines de centimètres d’elle. L’homme leva les yeux vers lui, et Byrne y lut une douleur bien plus profonde, bien plus sombre qu’il n’en avait jamais vu. » …
« Elle s’appelait Laura.
Elle avait les yeux noisette.
Kevin Byrne avait le sentiment que ces yeux le hanteraient encore longtemps.»

Deux jours plus tard, il retrouve sa coéquipière Jessica Balzano et, ensemble ils se replongent dans le train-train quotidien des officiers de la « Crime », fait d’agressions et de meurtres. Par cette nuit froide de décembre, ils sont appelés sur une scène de crime : au bord de la rivière Schuylkill, une jeune femme est assise, habillée d’une longue robe ancienne, comme surgie d’un temps oublié. Elle semble contempler la lune, comme une princesse de conte de fées figée dans le temps.  Au premier abord, on ne croirait même pas qu’elle est morte,  à la voir ainsi  drapée dans sa fine pellicule de givre.
Balzano et Byrne prennent l’affaire en charge, découvrant nombre d’indices, certains bizarres et d’autres plus macabres. La victime a été amputée des deux pieds, et elle porte sur l’abdomen, la représentation d’une lune, peinte avec un mélange de sperme et de sang.
Peu après, une autre victime  est trouvée en amont de la rivière dans un château d’eau abandonné, assise sur un rebord de fenêtre avec, aux creux de ses mains jointes, quelque chose d’invraisemblable.  A l’autopsie, on retrouve sur son corps la même représentation de la lune, exécutée de la même manière.

Alors qu’il venait de fêter son départ en retraite, et envisageait de prendre une licence de Privé, l’inspecteur Walt Brigham est retrouvé mort carbonisé. Il continuait à enquêter sur une affaire non résolue qui le hantait, le meurtre de deux petites filles dans Fairmount Park, dont l’une était la fille d’un policier de leur unité.
Les deux partenaires vont recevoir le renfort d’un jeune officier, l’inspecteur Joshua Bontrager, une curiosité, qui se définit lui-même comme le premier flic amish de Philadelphie.
Lors de leurs investigations sur les meurtres de ces jeunes femmes et de l’inspecteur Brigham, les enquêteurs vont être amenés à faire la connaissance du pasteur Roland Hannah, de « l’Eglise de la Nouvelle Page de la Flamme Divine », et du diacre Charles Waite, son demi-frère. Le pasteur anime un groupe de parole dans cette église, et ces deux hommes se sont donné une mission qui finalement va leur faire croiser la route des policiers et celle du tueur.

Ce roman, après « Déviances » et « Psycho », est le troisième de la série mettant en scène Kevin Byrne et Jessica Balzano, que j’ai retrouvés avec grand plaisir. Ce sympathique duo bien rodé travaille ensemble depuis plusieurs années déjà, et attire immédiatement la sympathie du lecteur. Jessica, jeune maman, mène de front son travail, le mariage et la maternité. Byrne est un père divorcé, portant le fardeau d’affaires passées. Depuis qu’il a reçu une balle dans la tête il est sujet à des cauchemars, des crises de migraine, mais il a également des visions et des intuitions, souvent déterminantes.

Leur relation est un curieux mélange de professionnalisme et d’une très solide amitié. Lorsque l’on affecte pour quelque temps un nouveau partenaire à Byrne, Jessica ne peut s’empêcher d’en être jalouse.
L’intrigue bien menée et la psychologie des personnages sont de tout premier ordre.  Les deux personnages principaux sont bien développés, et leur vie professionnelle et familiale bien décrite.

Philadelphie et sa triste météo hivernale offrent un cadre bien morne à cette enquête, et prennent dans ce roman autant d’importance que les personnages eux-mêmes.
L’auteur s’offre pour l’occasion une critique des médias, qui choisissent un angle bien précis pour relater une affaire, modifiant ainsi sa perception aux yeux du public.
« Les médias avaient déjà commencé de réhabiliter Anton Krotz aux yeux du public – sa terrible enfance, la manière dont le système l’avait maltraité. Il y avait aussi eu un article sur Laura Clarke. Byrne était certain que c’était une femme bien, mais l’article en faisait une sainte.»

L’auteur entraîne ses lecteurs dans plusieurs directions, ce qui pourrait faire craindre que parfois l’histoire ne s’enlise, mais ce n’est pas le cas. Quand les pièces du puzzle commencent à se mettre en place, le roman décolle, pour de bon, et conserve son altitude de croisière jusqu’à la descente finale, forcément inattendue.

S’il ne révolutionne pas le monde du thriller, ce roman est un très honnête travail d’artisan, un bon « page turner ». C’est un roman prenant, et les quelques heures passées à sa lecture sont loin d’être du temps perdu.

Editions Le Cherche Midi, 2008

4ème de couv :

Funérailles« Chaque flic a son affaire non résolue, un crime qui le hante à chaque instant, qui le harcèle dans ses rêves. Si vous échappiez aux balles à la bouteille, au cancer, alors Dieu vous donnait une affaire non résolue. »
Celle dont il est question ici date d’un jour de 1995 ou deux petites filles sont entrées dans le bois de Fairmount Park et n’en sont jamais ressorties.
Dix ans plus tard, c’est l’hiver, la saison froide, venteuse, et les ténèbres sont tombées sur Philadelphie, que la proximité de Noël rend plus sinistre encore. Le corps amputé d’une jeune femme, habillée d’une robe ancienne, est retrouvé sur les berges de la rivière Schuylkill.
Quel est le rapport entre les deux affaires ?
L’enquête de Byrne et Balzano va les conduire dans les lieux les plus désolés de la ville, sur les traces d’un tueur terrifiant, hanté par des contes de fées, dont l’identité restera une énigme jusqu’à la fin.

L’auteur:

Romancier, scénariste, essayiste, Richard Montanari est né à Cleveland, dans l’Ohio.

Il a écrit pour le Chicago Tribune, le Detroit Free Press et de nombreuses autres publications.

Il signe avec « Déviances » (Cherche Midi, 2006), son premier thriller traduit en français, l’entrée en scène du duo de détectives Byrne et Balzano – qui réapparaîtront dans « Psycho » (2007), « Funérailles » (2008) et son nouveau roman, « 7 », tous publiés au Cherche Midi.

Source : http://www.pocket.fr

 

 

Publicités

21 réflexions sur “Richard Montanari – Funérailles

  1. Bonsoir,
    Comme c’est curieux, ce matin, je pensais à cet auteur et au premier livre que j’ai lu de lui lorsque j’ai commencé à plonger dans les polars. Ce fut mon premier livre. Le titre : « 7 »
    J’ai adoré.
    Le deuxième livre que j’ai lu : 300 mots m’a sincèrement déçue.
    Alors pourquoi pas celui-ci ? 🙂
    Merci pour la plongée dans ce duo que j’avais bien aimé lors de l’enquête dans 7. Je ne sais s’il s’agit bien des mêmes protagonistes. Cela fait longtemps maintenant. Peut-être trois ans ? 🙂
    Je l’avais acheté en livre de poche. J’avais beaucoup aimé l’intrigue de « 7 » et son côté vraiment « vicieux » et manipulateur. Depuis lors je me suis un peu « vaccinée ». Quoi que Sandrine Collette son premier livre, je n’ai pas encore réussi à le terminer, tant cet huis clos m’avait mise mal à l’aise. J’ai dû fermer le livre. Là je pourrais le reprendre sans soucis maintenant. 🙂
    A bientôt. 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Mon ami Vincent,
    Si j’ai bien compris l’esprit de ta chronique, un thriller sans prise de tête mais solidement ficelé. S’il y a des allumés religieux, c’est sans doute de leur côté qu’il va falloir chercher les coupables. J’ai Psycho dans mes rayonnages, commencé il y a longtemps mais je n’ai pas été très loin pour des raisons qui ne sont pas liées au livre, autant que je m’en souvienne. L’as-tu lu ? Amitiés.

    Aimé par 1 personne

    • J’ai lu Psycho il y a quelque temps déjà, et je ne me souvenais plus de l’intrigue, sinon que le sympathique duo était déjà de la partie. Et oui, comme tu l’as compris, une lecture sympa et un scénario qui tient la route. Pour les allumés religieux, je ne te dis rien…
      Bien amicalement…

      J'aime

  3. Dis, Vincent, je voulais te signaler une bizarrerie. Même en cochant la petite case « Avertissez-moi par email des nouveaux commentaires », je ne reçois aucune notification m’informant que tu as répondu à mes commentaires. J’essaie de retenir sur quel ouvrage j’ai fait un commentaire mais tu conviendras que c’est un peu difficile. Amitiés.

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour Vincent,
    Je viens de recevoir ce matin « Funérailles ». J’ai envie d’y plonger rapidos. D’abord terminer avec Bosch et ses aventures, premier livre de Michael Connelly. J’ai hâte de découvrir Funérailles par rapport surtout à « 7 » que j’avais adoré 🙂

    Je me permets d’intervenir pour Jean Dewilde. Je suis sur la plateforme WordPress depuis 2009, celui-ci étant un nouveau blog dédié à mes lectures, polars essentiellement et puis d’autres au fur et à mesure.
    Je vous conseille d’abord de faire un petit nettoyage avec vos cookies et vos fichiers temporaires et cie. Le logiciel Ccleaner par exemple en ne cochant que les fichiers temporaires, les cookies, l’historique, le preftech qui se trouve si je me souviens bien dans la section : système de ce logiciel. Sinon ne rien cocher d’autre, car cela peut faire des dégâts. 😦

    Ensuite, si vous avez entré une bonne adresse mail, vous devriez avoir les notifications aux réponses. Je les reçois correctement donc le paramétrage est à mon sens et vu « de loin » 😉 correct. Sinon je n’aurais pas reçu dans ma boîte aux lettres votre intervention sur cet article que je suis et où je suis abonnée pour les commentaires. Je sais qu’en tant que visiteur cela pourrait poser question. Avez-vous ce manque de notifications depuis le début de vos réponses chez Vincent ou pas ? J’ai aidé sur le forum WordPress en Français sous le pseudo filamots avec un ancien blog 🙂

    Merci Vincent pour mon intervention. Si vous la jugez inutile, vous pouvez la modifier, ou l’annuler, je n’y verrai aucun problème 🙂 J’aime aider, c’est dans mes gènes 🙂 Le lien du forum de chez WordPress en français : https://fr.forums.wordpress.com/forum/appui
    Il faut ouvrir un compte pour poser une question 🙂
    Bon après-midi.

    Aimé par 1 personne

  5. Bonsoir,
    Je viens de le terminer et à côté des livres que j’ai cités plus haut, il n’y a aucune comparaison. Un délice de lecture. Je ferai bientôt tant que c’est encore frais en mémoire la chronique. 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s