Éric Oliva – Le vase rose

Frédéric Caussois et sa femme Luan sont un couple sans histoire, heureux parents d’un petit Tao, âgé de neuf ans. Le petit garçon souffre de zona et doit prendre régulièrement un traitement antiviral. Un soir, peu après que son père lui ait administré son traitement, l’enfant est pris de violentes douleurs et de convulsions, et décède en peu de temps.

« Pourtant, comme chaque soir, il avait été là. Impossible pour lui de rater l’un de ces moments privilégiés, seul avec son fils, juste tous les deux, entre hommes. Lui contant ses histoires préférées, l’une de celles qu’il aimait tant et qui l’aidaient à s’endormir.
Mais aujourd’hui devait être le dernier. Une soirée tellement différente des autres où il n’avait pu être que le spectateur du martyre de son enfant. »

Les premières constatations médico-légales concluent à un empoisonnement au cyanure, et la gendarmerie locale est chargée de l’enquête.
Le maréchal-des-logis Simon Tedeski pensait terminer tranquillement sa carrière. Cette affaire compliquée qui lui tombe dessus, à trois mois de la retraite, ne l’enthousiasme guère.

Le poison se trouvait dans le flacon de Zovirax utilisé pour soigner l’enfant. Après contrôles des services sanitaires, la chaîne de fabrication du médicament est mise hors de cause.
Frédéric, un temps soupçonné et placé en garde à vue, sera rapidement remis en liberté, rien n’ayant pu être retenu contre lui.

Ce deuil brutal et inattendu va sonner l’explosion de son foyer. Sa femme Luan, incapable de surmonter sa douleur, va fuir le foyer où ils ont vécu tous les trois, pour aller se réfugier chez ses parents.

Frédéric, lui aussi dévasté de chagrin, n’accepte pas ce coup du sort. Tout à son chagrin et à sa colère, il laisse sa vie partir en lambeaux, n’accordant plus d’intérêt à rien, sinon à la marche de l’enquête, qui progresse trop lentement à son goût.
Les gendarmes ne faisant pas montre d’un zèle débordant, il se met en devoir d’enquêter lui-même et de remonter la piste de ce flacon empoisonné.
Son obstination, et l’implication fortuite d’un jeune gendarme, le conduiront enfin  à découvrir la vérité, bien éloignée de celle qu’il pensait avoir trouvée.

Avec cette histoire, ce drame que nul parent ne souhaiterait avoir à vivre, l’auteur nous conte l’explosion d’une famille, la lente descente aux enfers d’un homme obnubilé par sa quête de vérité. Sa soif de justice le poussera à des extrémités, à des actes d’une violence dont il se serait cru incapable.

Les personnages sont bien croqués, tous très crédibles. Ils pourraient être votre voisin, votre voisine. L’ambiance et les mentalités d’un petit village sont bien évoquées. Le style est alerte et l’histoire se déroule sans temps mort. De fausses pistes en impasses, jusqu’au dénouement, surprenant et inattendu.
Ce fut pour moi l’occasion de découvrir cet auteur. Plaisante lecture, malgré le sujet aussi difficile que le deuil d’un enfant.

Éditions Taurnada, mai 2018

4ème de couv :

Et si votre pire cauchemar devenait réalité ? Quand votre vie bascule, vous avez le choix : sombrer dans le chagrin ou tout faire pour vous relever. Frédéric Caussois a choisi. Pour lui, aucun compromis, il doit savoir, connaître la vérité.

 

 

 

L’auteur :

Né à Casablanca en 1967, Éric Oliva embrasse très tôt une carrière dans la Police nationale. Exerçant à Paris puis à Marseille, il travaille aujourd’hui à la PJ de Nice. Passionné par son métier et les fonds sous-marins, c’est après avoir lu les livres de Clive Cussler que se déclenche sa passion pour l’écriture. S’ensuivent 4 romans très bien accueillis, dont Du soleil vers l’enfer qui obtient le Prix Fondcombe 2014. Avec Le Vase rose, Éric Oliva nous entraîne dans une sombre histoire d’un père en quête de vérité.

3 réflexions sur “Éric Oliva – Le vase rose

  1. Pingback: Le vase rose – Éric Oliva – les cibles d'une lectrice "à visée"

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.