James Lee Burke – Déposer glaive et bouclier

Hackberry Holland est avocat, jeune vétéran de la guerre de Corée. Il a vécu la traumatisante expérience des camps de prisonniers chinois, pendant près de 3 ans. Il souffre de cauchemars et de flashbacks auxquels il remédie par une consommation importante d’alcool.
A la tête d’une confortable fortune personnelle que lui rapportent les puits de gaz naturel hérités de sa famille, il refuse de faire ce que sa famille attend de lui, n’en fait qu’à sa tête et brûle la chandelle par les deux bouts.

Ses proches se sont mis en tête de le présenter à l’investiture au Congrès, le contraignant à honorer de sa présence d’interminables cocktails, des réunions avec des donateurs et de et jouer la comédie du mariage heureux avec son épouse Verisa, glaciale et ambitieuse.

« Je plaisais à leurs femmes car j’étais un jeune avocat prospère, bel homme, bronzé à force de jouer au tennis dans les clubs à la mode, et capable de prendre sur moi pour faire tinter mes glaçons dans mon verre en affichant un air tranquille et agréable pendant qu’elles me confiaient les problèmes sans importance de leur vie insipide (exercice pour lequel je m’imposais une autodiscipline très stricte, sachant toujours m’excuser et m’éloigner avant que ma rigidité intérieure ne s’écroule). »

Quand un ancien compagnon d’armes l’appelle de sa prison, après avoir été arrêté alors qu’il manifestait avec d’autres travailleurs mexicains près de la frontière, Hack laisse tout tomber pour lui venir en aide. Ce sera pour lui comme une renaissance. A ce propos, le titre du livre est évocateur : c’est pour lui le désir de faire table rase du passé, de déposer son fardeau, pour vivre enfin sa nouvelle vie.

Il se rend donc au Texas, auprès du Syndicat des Travailleurs Agricoles, où il fait la rencontre de la responsable Rie Velasquez, et va trouver l’amour de la manière la plus inattendue qui soit. Dans la confusion qui règne, il se retrouve bientôt à faire le piquet de grève, fortement alcoolisé, ce qui lui vaut de se faire rosser par un shérif local, et passer une nuit en cellule.

Il traîne un certain sentiment de culpabilité, qui peut expliquer sa tendance à se mettre dans des situations impossibles. Alors qu’il était en captivité, il a été épargné et forcé d’assister à la mort des autres. Parfois il regrettait d’être demeuré parmi les vivants et de ne pas avoir rejoint les morts.
Les épreuves vécues pendant sa longue captivité en Corée, largement relatées dans le roman, sont terribles. Ces séquences descriptives ralentissent un peu le cours de la narration, qui reste malgré tout assez fluide dans son ensemble.

C’était pour moi une curiosité que de découvrir cette œuvre de jeunesse de James Lee Burke. Ce titre, 3ème roman de l’auteur, est sorti en 1971, presque deux décennies avant le premier tome de la saga de Robicheaux. On y trouve déjà le style de James Lee Burke, son talent pour imaginer des histoires, créer des personnages tourmentés, et les placer ensuite dans un environnement hostile. Son héros, Hackberry Holland montre une personnalité assez binaire.  Vingt ans plus tard, arrivé à maturité, l’auteur donnera naissance à Dave Robicheaux, à la personnalité beaucoup plus complexe et nuancée.

Le contexte historique a également son importance : situé dans le Texas, dans le contexte des luttes syndicales, et pour les droits civiques. On a du mal à croire qu’il y a si peu de temps les inégalités étaient encore si importantes, et le racisme aussi présent dans ces états du sud. Ces vieux démons reprendraient même une certaine vigueur dans l’Amérique de Trump.
Pour conclure, je dirais que c’est un bon roman, pas inoubliable. Mais pour moi, inconditionnel de James Lee Burke, il eût été inconcevable de passer à côté. A vous de vous faire votre propre opinion…
Éditions Rivages, 2013


Et pour le plaisir:

 

4ème de couv :
Début des années 1970, Texas. Le combat pour les droits civiques paraît toucher à sa fin. Hack Holland a, semble-t-il, tout pour lui : étoile montante de la vie politique texane, il n’a qu’à serrer des mains, récolter de l’argent, à seule charge pour lui de présenter une image impeccable. Mais cet ancien prisonnier, traumatisé par la guerre de Corée, est marié à une femme glaciale et boit trop. Lorsqu’un vieux camarade de l’armée l’appelle depuis la prison où il a échoué, Hack décide de ne pas le laisser tomber. Il s’apprête à bouleverser son existence, mettant la main dans le guêpier des questions raciales au Texas.

L’auteur:

James Lee Burke est né à Houston (Texas) le 5 décembre 1936. Deux fois récompensé par l’Edgar, couronné Grand Master par les Mystery Writers of America, lauréat en France du Grand Prix de littérature policière (1992) et deux fois du Prix Mystère de la Critique (1992 et 2009), James Lee Burke est le père du célèbre policier louisianais Dave Robicheaux.
Sa bibliographie complète ici:
https://polars.pourpres.net/personne-545-bibliographie

 

Publicités

4 réflexions sur “James Lee Burke – Déposer glaive et bouclier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.