Sophia Mavroudis – Stavros

Stavros Nikopolidis est commissaire de police à Athènes. Dix ans auparavant, avant les Jeux Olympiques, un archéologue avait été retrouvé égorgé sur le chantier du métro, où sa propre femme Elena était responsable des fouilles. Le morceau de frise du Parthénon qui avait été découvert a disparu, ainsi qu’Elena, dont le corps n’a jamais été retrouvé.

« Il y a dix ans, ce fut un choc pour tous. Les archéologues ne s’étaient pas remis d’avoir touché du doigt ce trésor national qui leur aurait permis de relancer les revendications en vue d’une restitution à la Grèce des frises du Parthénon du British Museum. La police et les services de sécurité avaient échoué à garantir une sécurité irréprochable avant les jeux olympiques. Les hommes politiques de tous bords étaient voués aux gémonies pour avoir transformé la Grèce en pays mafieux. Et lui, Stavros, était hanté par le souvenir de sa jeune femme décédée. »

Stavros avait remué ciel et terre pour boucler son enquête, frappant à toutes les portes, ne ménageant ni sa hiérarchie ni les politiques, tant et si bien qu’il fut mis au placard et déchargé des enquêtes sur le terrain.
Depuis lors, il traîne sa grande carcasse entre l’Hôtel de police, le petit restaurant où il a ses habitudes gourmandes, et le bar de  son amie Matoula pour jouer au tavli, ancêtre du backgammon et présent dans tous les cafés de la péninsule.
Mais aujourd’hui, un appel du service vient rompre l’habituelle monotonie de ses journées : quasiment au même endroit qu’il y a dix ans, un archéologue a été découvert assassiné et un morceau de frise a disparu. Dans la main de la victime, une pièce de monnaie frappée de la chouette, l’oiseau symbole d’Athéna.

Pour Stavros, c’est clair : Le symbole d’Athéna est un message laissé à son intention, de la part de Rodolphe, le meurtrier qui leur a échappé il y a dix ans. Son patron lui confie l’enquête, avec réticence, et lui impose certains officiers qui ne font pas partie de son équipe habituelle, peut-être comme un moyen de le contrôler.  Malgré tout, Stavros obtient quand même qu’on lui attribue les trois officiers en qui il a une confiance absolue : Dora, grande jeune femme qui se bat comme un homme, experte en krav-maga, Eugène l’expert en informatique et hacker occasionnel, et Nikos l’albanais.

Ils vont se lancer à fond dans cette enquête, de manière irréfléchie en ce qui concerne Stavros, ce qui lui vaudra quelques déconvenues, son adversaire Rodolphe ayant toujours un coup d’avance sur lui.
Malgré tout, après maintes péripéties et retournements de situation, Stavros et son équipe finiront par démêler l’écheveau de l’intrigue, nous réservant un dénouement surprenant.

« Après la guerre civile, les deux frères se croisaient rarement et n’avaient pas grand-chose à se dire. Dans leurs yeux, même après tant d’années, Stavros lisait la lassitude des combats idéologiques et la tristesse de fossés infranchissables tant ils avaient été abyssaux. Leurs amis avaient succombé et la rancune était tenace, même sur fond de démocratie. Stavros avait longtemps espéré que la crise actuelle et les difficultés traversées par la famille atténueraient ces souffrances. Loin s’en faut. La spirale de l’histoire grecque porte en elle ses blessures et ses cicatrices comme un fardeau qui continue de broyer ses propres enfants, inexorablement. »

Stavros, qui fut un grand flic, s’étiole dans une quasi-inactivité. Il a reçu en héritage les séquelles de la dictature des colonels. Son père a été emprisonné et torturé. Stavros a beaucoup souffert d’avoir passé son enfance auprès de cet homme traumatisé et psychologiquement absent. Il s’interroge sur sa capacité à être lui-même un bon père. Son supérieur est également un personnage intéressant : issu de la bonne société, féru d’arts et de poésie, il paraît déplacé dans le paysage d’un hôtel de police.

La narration est alerte et plaisante, émaillée de références à la cuisine, aux traditions et aux coutumes  grecques, ponctuée de citations de poètes ou de philosophes grecs.

Ce roman, aux allures de tragédie grecque (évidemment !) nous brosse le portrait d’un pays, qui à peine sorti de la dictature, a été frappé par la crise économique et l’austérité qui a été imposée à son peuple. L’austérité a généré son lot de corruption et de clientélisme dans toutes les sphères du pouvoir. Elle a favorisé également la résurgence de partis extrémistes, comme le mouvement d’extrême droite Aube dorée. La Grèce est ainsi devenue la terre d’élection de toutes les mafias, russes et balkaniques, qui pillent sans vergogne son patrimoine artistique et historique.

On sent à travers les mots tout l’amour que l’auteure porte à la Grèce, et son désespoir de voir ce qu’il est advenu de ce pays, berceau de la civilisation européenne et occidentale,  qui se trouve maintenant au bord de l’abîme.

Un premier roman tout à fait réussi, qui a le mérite de nous montrer le vrai visage d’une Grèce à bout de souffle et de forces, bien éloignée du décor glacé des cartes postales.
Éditions Jigal, 2018.

4ème de couv :

Athènes, à l’aube… Un morceau de la frise du Parthénon a disparu et le cadavre d’un archéologue gît au pied de l’Acropole. Le passé du commissaire Stavros Nikopolidis vient de ressurgir violemment ! En effet, quelques années auparavant, sa femme Elena – alors responsable des fouilles archéologiques – disparaissait mystérieusement au même endroit. Depuis, Stavros n’est plus que l’ombre de lui-même… Mais aujourd’hui les signes sont là. Rodolphe, le probable meurtrier, son ennemi de toujours, est revenu… Stavros, véritable électron libre, impulsif, joueur invétéré de tavli et buveur impénitent, n’a plus que la vengeance en tête ! Flanqué de ses plus fidèles collègues – Dora, ancienne des forces spéciales, Eugène le hacker et Nikos l’Albanais –, soutenu par son amie Matoula, tenancière de bar au passé obscur, et malgré l’étrange inspecteur Livanos, Stavros va enfin faire sortir de l’ombre ceux qui depuis tant d’années pourrissent sa ville ! Mais la vie révèle parfois bien des surprises…

L’auteure :

Sophia Mavroudis est gréco-française. Elle est née en 1965 au Maroc et a grandi en Grèce. Elle en a gardé le goût immodéré des cieux bleus, des oliviers et des cyprès de ma Méditerranée. Docteur en sciences politiques, elle a enseigné les relations internationales et a travaillé dans la haute fonction publique et internationale. Après avoir arpenté pendant des années les zones de conflits en Europe et dans ses confins, passionnée de lecture d’écriture et de musique depuis l’enfance, elle plonge désormais de l’autre côté de l’Histoire, dans l’intimité des personnages et des sociétés. Stavros est son premier roman.
(Source : Éditions Jigal)

Publicités

3 réflexions sur “Sophia Mavroudis – Stavros

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.