Craig Johnson – Tous les démons sont ici

Dans le cadre d’une mission inter juridictionnelle, Walt et son adjoint Sancho « le Basque » Saizarbitoria sont en charge d’un groupe de prisonniers, qu’ils doivent transférer au FBI. L’un d’entre eux, Raynaud Shade, indien Crow canadien, est un dangereux psychopathe. Lors de son arrestation il avait confié à la psychologue du FBI avoir assassiné un jeune indien, Owen White Buffalo, et l’avoir enterré dans la région sauvage des Cloud Peak Wilderness. Peu de temps après le transfert, l’inévitable se produit: les prisonniers s’évadent, après avoir blessé l’officier du FBI, et pris 3 policiers en otage. Walt confie le blessé à la garde de son adjoint Sancho et seul, avec pour tout soutien un exemplaire de « La divine comédie » de Dante, il se lance à leurs trousses dans les montagnes, au beau milieu d’une tempête de neige.

Alors qu’il progresse dans sa poursuite, que les premiers effets de la fatigue et de l’hypothermie se font sentir, la frontière entre le rêve et la réalité devient de plus en plus floue.
Il entend les voix des esprits indiens qui le guident, à travers le blizzard glacé. Virgil White Buffalo, un « Foutrement Balèze d’Indien » que nous avions rencontré lors d’un roman précédent, l’accompagne dans cette périlleuse expédition. Il disparaît, et réapparaît au moment opportun où Walter en a le plus besoin, quand son état d’épuisement est tel qu’il pourrait s’abandonner à la mort glacée qui l’entoure, lui donnant l’élan nécessaire pour continuer sa chasse.

En équilibre à la frontière de deux mondes, perdu dans un endroit où « L’enfer est vide, tous les démons sont ici  (Shakespeare, La tempête) », quelle est la part du rêve et de l’imagination dans tout ce qui lui arrive ?

 « …je me rappelai la dernière fois que j’étais monté aussi haut et le fait que les choses n’avaient pas bien tourné, et que, en plein blizzard, j’avais dû ramener sur mon dos deux hommes depuis Lost Twin Lakes. Cela avait été difficile, mais ce n’était pas ce souvenir qui m’immobilisait pour le moment.
Dans ces circonstances, qui dataient de plusieurs mois, j’avais vu et entendu des choses, des choses que je n’avais jamais vues ni entendues auparavant et qui continuaient à me hanter. »

Librement inspiré par l’Enfer de Dante, cette randonnée solitaire à travers les montagnes des Big Horns balance entre le récit de survie et l’introspection existentielle de Walt. Johnson nous offre ici un conte magistral sur le combat inégal d’un homme poussé par sa quête de justice. Face à son ennemi, face à la rigueur de la nature, en proie avec ses propres démons, il ne faiblit pas, guidé par les voix intérieures.
Certes, certains pourront m’objecter que par certains côtés, ce roman manque de crédibilité, mais là n’est pas le plus important. Le mysticisme de Walt, très marqué par la culture indienne, sa capacité d’entendre les voix d’esprits indiens morts depuis longtemps sont partie intégrante de son personnage, et ce depuis « Little bird », le premier roman impliquant Walt Longmire. Et Craig Johnson est un maître conteur, qui réussit comme personne à nous transporter dans ces contrées sauvages et inhospitalières de l’Ouest américain.

Walt Longmire, privé de ses habituels soutiens, porte à bout de bras ce formidable récit, et moi, inconditionnel de Craig Johnson et de son héros, j’adore !
Je ne peux faire mieux que de vous le recommander, et vous souhaiter de prendre autant de plaisir que moi à sa lecture.

Éditions Gallmeister, 2015

 

Éditions Gallmeister, 2015

4ème de couv:

Indien Crow d’adoption, Raynaud Shade est considéré comme le plus dangereux sociopathe des États-Unis et représente le cauchemar de tout policier. Finalement interpellé, il avoue avoir enterré un cadavre au beau milieu des Bighorn Mountains, dans le Wyoming, et c’est à Walt Longmire que revient la tâche d’escorter Shade, en plein blizzard, jusqu’au corps. Mais le shérif sous-estime peut-être les dangers d’une telle expédition. Car pour tenter de rétablir la justice, il va devoir braver l’enfer glacial des montagnes et tromper la mort avec, pour seul soutien, un vieil exemplaire de La Divine Comédie de Dante.
Dans ce nouveau volet des aventures de Walt Longmire, Craig Johnson transforme le lumineux décor des Hautes Plaines en un inquiétant théâtre des ombres, dans un polar sous très haute tension. Le gang s’adjoint également les services d’un jeune dandy ambitieux et désargenté, attiré par la promesse d’une rétribution alléchante. Peu d’entre eux survivront à la sanglante confrontation dans les badlands de Catacumbas. Un western impitoyable qui balaie tout sur son passage, comme un film de Tarantino au volume poussé à fond.

L’auteur :

Craig Johnson, né le 1er février 1961, est un écrivain américain, auteur de romans policiers, connu pour sa série de romans et de nouvelles consacrés au shérif Walt Longmire.
Avant d’être écrivain, il exerce différents métiers tels que policier à New York, professeur d’université, cow-boy, charpentier, pêcheur professionnel, ainsi que conducteur de camion et il a aussi ramassé des fraises. Tous ces métiers lui ont permis de financer ses déplacements à travers les États Unis, notamment dans les États de l’Ouest jusqu’à s’installer dans le Wyoming où il vit actuellement. Toutes ces expériences professionnelles lui ont servi d’inspiration pour écrire ses livres et donner ensuite une certaine crédibilité à ses personnages.

 

Publicités

Craig Johnson – Little bird

LITTLE-BIRD4ème de couv.

Après vingt-quatre années au bureau du shérif du comté d’Absaroka, Walt Longmire aspire à finir sa carrière en paix.
Ses espoirs s’envolent quand on découvre le corps de Cody Pritchard près de la réserve cheyenne. Deux ans auparavant, Cody avait été un des quatre adolescents condamnés avec sursis pour le viol d’une jeune Indienne, un jugement qui avait avivé les tensions entre les deux communautés. Aujourd’hui, il semble que quelqu’un cherche à venger la jeune fille. Alors que se prépare un violent blizzard, Walt devra parcourir les vastes étendues du Wyoming sur la piste d’un assassin déterminé à parvenir à ses fins.

Ce que j’en pense:

Je fais connaissance avec Craig Johnson par le biais de ce roman, le premier de  la série consacrée à son héros Walt Longmire.

Avec la découverte du cadavre de Cody Pritchard, il s’avère que l’enquête promet d’être un brin compliquée pour Walt. L’arme et le calibre utilisés, ainsi que la plume d’aigle près du corps, semblent orienter l’enquête vers la nation Cheyenne, ce qui paraît vraiment trop évident.

Notre shérif, depuis le décès de sa femme 4 ans plus tôt, a une tendance certaine à se laisser aller. Sa relation avec sa fille adulte est un désastre, et sa vie sentimentale et sociale un désert. Seul Henry Standing Bear, son vieil ami indien, avec qui il a en commun l’expérience de la guerre au Vietnam, arrive encore à avoir sur lui une certaine influence, pour le « civiliser » un peu.

La victime, un des violeurs de Melissa Little Bird, n’avait montre d’aucun remords pendant le procès. Son attitude avait même exacerbé la rancoeur des habitants de la réserve indienne. Il y a donc bon nombre de suspects pour garder Walt et son équipe occupés pendant une bonne partie de l’histoire. Également assez de fausses pistes, de mensonges dispensés au fil des chapitres pour nous tenir en haleine tout au long du roman.

Situé dans des paysages sauvages, dans la petite ville d’Absaroka, le charme de ce roman tient à ses personnages, pour la plupart des solitaires ou des excentriques. Chacun des personnages prend sa place dans l’histoire, et comme c’est le premier roman d’une série, on se doute qu’ils vont prendre de l’importance au fil des épisodes suivants : De Ruby, la réceptionniste du bureau du shérif, et Henry Standing Bear, son vieil ami indien, qui est un peu sa conscience, à Vic Moretti, son adjointe fraîchement débarquée de la côte est et dont il est clair qu’elle pourrait lui succéder. Tous les personnages sont fascinants et l’auteur a le don de leur donner du réalisme et de la vie aux yeux du lecteur.

L’écriture est sobre, pleine de petites touches d’humour. L’intrigue très bien construite, menée à un rythme loin d’être endiablé mais c’est ce rythme-là qui convient à ces grands espaces majestueux. Johnson a une maîtrise parfaite du cadre des montagnes du Wyoming et nous offre une belle atmosphère pour situer l’histoire et y faire vivre ses personnages.

Les montagnes, les plaines, les arbres, les différents visages de la neige qui tombe, en flocons ou en blizzard, tout cela s’écoule dans effort du stylo de Craig Johnson. A l’instar d’un James Harrison, James Crumley ou James Lee Burke, il dépeint avec beaucoup de tendresse les habitants de ces terres sauvages où la nature, malgré sa beauté reste très dure envers les hommes qui pourraient la sous-estimer.

C’est aussi une peinture d’une certaine Amérique, où les Indiens sont toujours victimes d’un racisme plus ou moins conscient. Est également abordée la question de leur difficultés d’intégration. Mais l’auteur ne tombe pas dans l’erreur du stéréotype de « l’Indien », avec son cortège de problèmes sociaux dont le personnage de Little Bird, la petite fille attardée souffrant d’alcoolisme fœtal, est un criant exemple. Les Indiens qu’il nous donne à connaître sont avant tous des gens normaux, avec des problèmes humains.

Le titre original  » A cold dish » (un plat froid), fait référence à la vengeance:
« Je me mis à penser aux vieux Cheyennes… Ce n’était pas que la vengeance était un plat qui se mangeait de préférence froid, c’était un plat qu’il valait mieux ne pas servir du tout. Je pensai à ce que voulaient vraiment les vieux Cheyennes. Les morts veulent seulement la même chose que les vivants: qu’on les comprenne. »

Une très bonne lecture qui, pour ma part, ne restera pas sans suite. Je recommande sans réserve.

Craig JL’auteur :
Craig Johnson, né le 1er février 1961 , est un écrivain américain, auteur de romans policiers, connu pour sa série de romans et de nouvelles consacrés au shérif Walt Longmire.
Avant d’être écrivain, il exerce différents métiers tels que policier à New York, professeur d’université, cow-boy, charpentier, pêcheur professionnel, ainsi que conducteur de camion et il a aussi ramassé des fraises. Tous ces métiers lui ont permis de financer ses déplacements à travers les États Unis, notamment dans les États de l’Ouest jusqu’à s’installer dans le Wyoming où il vit actuellement. Toutes ces expériences professionnelles lui ont servi d’inspiration pour écrire ses livres et donner ensuite une certaine crédibilité à ses personnages.
(Source: Wikipedia)