Olivier Norek – Territoires

Malceny, ville imaginaire du 93, en banlieue parisienne. Des dealers sont froidement abattus, sous l’œil des caméras d’une équipe des « Stups » en surveillance, qui guettait le flagrant délit. Quelques jours après, on leur signale la présence d’un cadavre dans l’un des boxes à voiture de la cité. La victime est ligotée sur une chaise, bâillonnée avec du ruban adhésif, et les genoux « travaillés » à la perceuse. Tous ces cadavres semblent faire partie du tableau global d’une lutte d’influence entre malfrats pour s’assurer le contrôle du trafic de drogue dans la cité.
« Sur le trottoir, les badauds forment un cercle autour du corps. Juste pour voir. Se repaître de cette image de mort à laquelle ils viennent d’échapper. Fascinés par cette flaque de sang chaud, d’un rouge presque vivant, qui s’élargit sous le crâne ouvert en deux.
Un caïd vient de tomber. Un caïd de vingt-quatre ans au royaume pas plus grand que quelques rues ».

A la tête de cette ville, Andrea Vesperini, surnommée « la reine ». Elle dirige sa ville avec fermeté, ne reculant devant rien, clientélisme, menaces, corruption, pour asseoir son pouvoir, recrutant d’anciens délinquants pour en faire ses adjoints et avoir ainsi la main sur les quartiers.
Le capitaine Victor Coste et son équipe de la Crime vont être saisis de l’affaire, en collaboration avec la brigade des « Stups ».
La découverte du décès d’une petite vieille sans histoires va mettre en lumière l’implication de retraités servant de « nourrices » aux dealers : ces derniers planquent la dope et le pognon chez eux. Quelle meilleure cache que le domicile de  petits vieux bien tranquilles ?

On aurait pu craindre d’Olivier Norek qu’il soit un peu trop « documentaire », un peu trop « flic ». Ce n’est vraiment pas le cas. C’est un vrai conteur, un auteur, qui a mis son expérience professionnelle au service de son écriture et de l’intrigue. Il n’y a pas de lourdeur, pas d’accumulation de clichés, seulement la réalité de la vie de ces cités, et de leur quotidien pas toujours très rose. Pour éviter la précarité, la voie de la délinquance est souvent la plus aisée.

Et qui a eu l’occasion de voir, dans certains quartiers populaires de nos grandes villes, où le taux de chômage dépasse allègrement les 20%, des jeunes à peine sortis de l’adolescence, au volant de grosses berlines allemandes, qui coûtent au bas mot 3 ou 4 ans de SMIC, auront une petite idée des profits que peuvent générer ces activités délictueuses.

Quant à l’achat de la paix sociale, par injection d’argent public sous forme de subventions, c’est une réalité incontournable. De plus, il y a encore beaucoup trop de villes ou par pur électoralisme, des « tribus » entières sont embauchées pour des emplois de complaisance aux frais de la République…
« Le gouvernement a vite compris que pour faire des économies, il fallait tuer ces soulèvements dans l’œuf. Et tout spécialement ceux du 93.
– Pourquoi la Seine-Saint-Denis aurait-elle un traitement de faveur ?
– Parce que nous sommes le paillasson de Paris. Toute la politique est centrée dans la capitale et quand ça brûle en banlieue, l’odeur arrive jusque sous leur fenêtre. Nous sommes trop proches du cœur pour qu’ils acceptent que la situation s’envenime. »

En plus d’un roman distrayant, Norek nous assène, sans avoir l’air d’y toucher, un véritable cours de sociologie urbaine, sur des pans entiers de notre société, laissés à l’abandon, mais qui sont le fonds de commerce de certains politiques peu scrupuleux.

« À huit ans il subvenait déjà à ses propres besoins, puis à dix il dut pallier ceux de sa mère suite à l’arrêt du versement des Allocations familiales. Pas d’école, pas d’enseignement, il ne savait ni lire ni écrire et son avenir ne s’inscrivait dans aucun des cursus existants. C’était un gosse des rues, et s’il arrivait à l’âge adulte, il serait un paria.
Rien ne lui serait jamais offert, ni même accessible. Il devait prendre de force, arracher, soustraire, voler, escroquer, braquer et frapper fort quand il se faisait attraper ».

La narration est vive, les chapitres très courts donnent une impression d’urgence. Il est également violent, à l’image de ces jeunes, ces petits loubards qu’il nous décrit, dont le jeune Bibz, qui n’ont d’autre règle que la loi du plus fort, et pour convaincre les plus hésitants, ne reculent devant rien. A ce propos, la recette du chat aux micro-ondes est un exemple frappant de leur inventivité en la matière.

Olivier Norek nous semble assez peu indulgent envers ses semblables. Il vraisemblable que les situations auxquelles il a été confronté en tant que policier ont dû écorner les dernières illusions qu’il pouvait avoir en l’humain. Les personnages qu’il nous décrit ne sont pas des modèles d’honnêteté ni d’une grande rigueur morale. Mais des loubards ou des politiques, on se demande lesquels sont les pires. Même si la ville de Malceny est imaginaire, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec certains faits d’actualité plus ou moins récente.

Et malgré ce constat pessimiste et amer sur notre société, l’humanité de l’auteur se fait jour lorsqu’il évoque l’équipe du capitaine Coste, ce groupe de personnes si différentes, aux relations quasiment fraternelles, mais soudé comme une seule et même famille. Ils ont, selon les propres mots de l’auteur, « eu tellement peur ensemble que c’est comme si ils s’étaient mis à poil ensemble. Ils ont l’impression qu’ils ne peuvent plus rien se cacher. »

Un très bon polar, vif, sans aucun temps mort, au rythme de ces banlieues qui palpitent, prêtes à s’enflammer à la moindre étincelle. Un roman très actuel, qui a valeur de témoignage.
Un excellent bouquin, que je recommande chaudement.

Éditions Michel Lafon, 2014

4ème de couv :

Territoires_5973Depuis la dernière enquête du capitaine Victor Coste et de son équipe, le calme semble être revenu au sein du SDPJ 93. Pas pour longtemps, hélas ! L’exécution sommaire de trois jeunes caïds va les entraîner sur des pistes inimaginables.

Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un chef de bande psychopathe d’à peine treize ans, des milices occultes recrutées dans des clubs de boxe financés par la municipalité, un adjoint au maire découvert mort chez lui, torturé… et Coste se retrouve face à une armée de voyous impitoyables, capables de provoquer une véritable révolution.
Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ?

Avec ce polar admirablement maîtrisé, Olivier Norek nous plonge dans une série de drames terriblement humains et de stratégies criminelles – loin d’être aussi fictives qu’on pourrait le croire – où les assassins eux-mêmes sont manipulés.

L’auteur :

o NorekNé il y a 41 ans à Toulouse, Olivier Norek est lieutenant de Police Judiciaire.  il suit ses parents instituteurs dans leurs douze déménagements, avant de quitter, le cursus scolaire à 17 ans et demi. Ce sera des missions pour «Pharmaciens sans frontières, en Guyane puis en Croatie, en pleine guerre des Balkans. «Une première approche de la protection des citoyens».
Après deux ans dans l’humanitaire, il devient gardien de la paix à Aubervilliers, puis rejoint la Police Judiciaire au service financier puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions.Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon, cambriolage impliquant un coffre-fort…).
Après « Code 93 », « Territoires » est son deuxième roman, dont les droits sont déjà acquis pour la télévision.

Publicités

Olivier Norek – Code 93

Mon ressenti :

Code_93_hdQuatre voies grises et sans fin s’enfonçant comme une lance dans le cœur de la banlieue. Au fur et à mesure, voir les maisons devenir immeubles et les immeubles devenir tours. Détourner les yeux devant les camps de Roms. Caravanes à perte de vue, collées les unes aux autres à proximité des lignes du RER. Linge mis à sécher sur les grillages qui contiennent cette partie de la population qu’on ne sait aimer ni détester. Fermer sa vitre en passant devant la déchetterie inter municipale et ses effluves, à seulement quelques encablures des premières habitations. C’est de cette manière que l’on respecte le 93 et ses citoyens : au point de leur foutre sous le nez des montagnes de poubelles. Une idée que l’on devrait proposer à la capitale, en intra-muros. Juste pour voir la réaction des Parisiens. À moins que les pauvres et les immigrés n’aient un sens de l’odorat moins développé…

Ces quelques lignes plantent le décor et le cadre de ce roman, le 9-3 (Seine Saint-Denis) un département francilien, aux portes de Paris, où la criminalité est largement supérieure (20%) à la moyenne nationale et où les effectifs de police sont  en nombre limité.

Dès les premières pages du prologue, Olivier Norek nous embarque dans une enquête sacrément tordue qui démarre sur les chapeaux de roues. A la morgue, une mère et son fils venus identifier un corps, qu’ils déclarent ne pas connaître, alors qu’il s’agit bien de leur fille et sœur. Pourquoi?

Un cadavre émasculé qui se réveille sous le scalpel de la légiste Léa Marquant va signer le premier jalon d’un mystérieux jeu de piste auquel vont être confrontés le Capitaine Coste et son équipe. Ce dernier reçoit sous forme de billets anonymes et sibyllins des informations sur le prochain cadavre, dont ils  vont découvrir  le corps par le bornage d’un téléphone portable, envoyant des messages à espaces réguliers et qu’ils retrouveront enchâssé dans la cage thoracique  de la victime, complètement carbonisée.

La presse aura bientôt vent de ces morts mystérieuses et en même temps spectaculaires. La diffusion de ces informations, au goût de surnaturel, va alimenter tous les fantasmes et placer Coste et son équipe dans une position rien moins qu’inconfortable. Tous les éléments qu’on leur soumet remontent à des crimes non élucidés, et dont les dossiers de procédure ont disparu des registres.

Des barres d’immeubles et des squats du 93 où gravite une faune de trafiquants, dealers et leurs consommateurs, jusqu’à des quartiers plus privilégiés, au cœur de maisons bourgeoises cossues, le groupe Coste va mener son enquête. Et à l’enquête criminelle proprement dite va s’ajouter un autre volet, plus politico-financier que l’on doit aborder avec toutes les précautions.

Les personnages et les sentiments qui les animent ont une vraie profondeur psychologique qui nous les rend très attachants : De Victor, le chef de groupe, en passant par Sam, jusqu’à Jehanne de Ritter, la dernière à avoir intégré le groupe, et dont l’arrivée cause l’émoi du Lieutenant Ronan Scaglia, incorrigible coureur de jupons. La suite donnera lieu à quelques réjouissantes passes d’armes entre ces deux-là. Le Lieutenant Mathias Aubin, qui quitte le groupe au début du roman, après avoir obtenu sa mutation en Savoie, illustre les difficultés que peut rencontrer un policier à concilier travail et vie de famille.

La narration est parfaitement maîtrisée, le récit quasiment cinématographique, découpé en chapitres courts, rythmés. En alternance avec les chapitres consacrés à l’enquête proprement dite, l’auteur en insère d’autres consacrés au tueur, nous relatant l’évolution de sa psychologie, et comment une personne, à priori normale et équilibrée, peut basculer dans un tel paroxysme de folie et de cruauté.

Olivier Norek, signe avec ce premier roman une œuvre de grande qualité. Ce lieutenant de police, qui s’est mis en disponibilité pour se consacrer à l’écriture de son roman,  nous décrit de façon très fouillée ce que peuvent être l’univers et le quotidien de flic dans ces banlieues dites « difficiles ». Même s’il est admirablement documenté (et pour cause !!!), le premier écueil qu’il évite est de nous faire un récit trop documentaire, et réussit à nous immerger dans l’action et nous raconter une histoire, captivante de bout en bout.

Comme derrière la caméra, il nous donne à voir l’image de flics dans leur travail quotidien, pas parfaits, ni dépressifs ni alcooliques, mais tout simplement humains, avec leurs problèmes, leurs défauts et leurs qualités, dans un environnement particulièrement éprouvant. Je ne sais pas si l’auteur s’est inspiré d’affaires qu’il a eu à traiter pour construire son intrigue, Mais je n’en serais pas autrement étonné, tant est grande la capacité de l’homme a faire le mal, et la réalité dépassant souvent la fiction.

J’ai pris énormément de plaisir à la lecture de ce livre, nerveux et très réaliste, avalé en deux lampées de 150 pages chacune. Ce roman tout à fait moderne fait écho à d’autres séries TV très actuelles style « Braquo »,ou « Engrenages » (il a participé à l’écriture de la 6ème saison), tellement il dégage un parfum d’authenticité.
Je recommande sans réserve!

4ème de couv.

Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.
Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.
Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…
Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Éditions Michel Lafon, 2013

L’auteur:

o NorekNé il y a 41 ans à Toulouse, Olivier Norek est lieutenant de Police Judiciaire.  il suit ses parents instituteurs dans leurs douze déménagements, avant de quitter, le cursus scolaire à 17 ans et demi. Ce sera des missions pour «Pharmaciens sans frontières, en Guyane puis en Croatie, en pleine guerre des Balkans. «Une première approche de la protection des citoyens».
Après deux ans dans l’humanitaire, il devient gardien de la paix à Aubervilliers, puis rejoint la Police Judiciaire au service financier puis au groupe de nuit chargé des braquages, homicides et agressions.Après avoir réussi le concours de lieutenant, il choisit Bobigny au sein du SDPJ 93, à la section enquêtes et recherches (agressions sexuelles, enlèvement avec demande de rançon, cambriolage impliquant un coffre-fort…).
Il écrit quelques textes et participe en 2011 à un concours de nouvelles. Il décide de se mettre en disponibilité pour écrire son premier roman Code 93, un polar réaliste qui nous plonge dans le quotidien des policiers en Seine-Saint-Denis : des situations de violence, souvent gratuite, et de cruauté. Sans pour autant jamais se départir d’un regard humain qu’il promène sur ces quartiers difficiles. Le roman parait en avril 2013 et est chaleureusement accueilli par les critiques de la presse.
Les droits de son premier roman ainsi que ceux du suivant sont déjà acquis en vue d’être portés à la télévision pour y être déclinés en série.