Christophe Molmy – Quelque part entre le bien et le mal

Nous retrouvons dans ce roman le Commissaire Renan Pessac, qui a quitté la PJ à la suite d’une affaire douloureuse, qui s’est soldée par la mort de son indicatrice Tania (cf « Les loups blessés »). Il est maintenant le patron d’un commissariat de quartier à Levallois, et reprend peu à peu ses marques avec la vie.
Il y a là Coline, une jeune gardienne de la paix qui brûle de faire ses preuves, et d’intégrer la prestigieuse Police Judiciaire. Appelée pour faire les premières constatations sur les lieux d’un suicide présumé, certains détails attirent son attention. La scène du crime et le profil de la « suicidée » sont étrangement similaires à d’autres suicides qu’elle a eu à constater. Même type de jeunes femmes, minces et blondes, mortes par pendaison, habillées d’une fine robe blanche, et les cheveux tressés de la même façon. Coline y voit là les indices de meurtres maquillés en suicides, l’œuvre d’un tueur en série. Elle s’en ouvre à son patron, le Commissaire Pessac. Quelque peu réticent au départ, Pessac, devant la ténacité de la jeune femme, et les indices concordants qu’elle lui soumet,  l’autorise à creuser un peu plus cette affaire.
Appuyée par Pessac, Coline trouvera de l’aide auprès de Sophie, analyste criminelle au SALVAC, pour le fastidieux travail de recherches nécessaires pour étayer son dossier.

Parallèlement à cela, nous découvrons le quotidien de Philippe Lelouedec, ancien adjoint de Pessac à la P.J, entre une prise d’otage, et une enquête visant à prendre en flag une bande de manouches, spécialistes du braquage de guichets automatiques de banque.
Et pendant ce temps, dans l’ombre, le meurtrier tient en laisse son chien noir, dans l’attente de sa prochaine victime.

« Le vol, c’est un métier comme un autre. Franck Schmidt en vivait depuis qu’il était enfant. Depuis que son père lui avait expliqué qu’en dehors des siens prendre ce qu’il désirait n’était pas du vol mais un mode de vie. Celui de gens qui avaient refusé le choix facile d’un appartement de banlieue et d’un petit boulot. Celui de ses oncles, de ses cousins… Il avait vite compris que, pour durer, le secret était de se gaver sans être trop regardant, ramasser tout ce qui était possible sans devenir trop gourmand. L’intérêt majeur de cette vie était la liberté. Ce qu’il devait préserver avant tout. »

Christophe Molmy, chef de la BRI, est tout à fait à son aise pour nous décrire un milieu qu’il connaît bien. Le roman est très réaliste, sans sombrer dans la surenchère de violence ou de sang. Les procédures d’enquête sont très bien décrites, ainsi que le travail bien souvent ingrat et répétitif de recueil et de recoupement des informations, qui constitue le socle de toute enquête.

Au travers des querelles de territoire qui peuvent exister entre les différents services de police, Coline, simple fliquette d’un commissariat de quartier, éprouve la crainte d’être dessaisie de son enquête, au profit de la grosse machine que représente la PJ.

Tous les personnages, aussi bien les «  bons » que les « méchants », sont très fouillés et traités avec beaucoup de soin et d’humanité. Certains d’entre eux nous sont diablement attachants.
La narration, très rythmée, alterne les points de vue des différents protagonistes, policiers, braqueurs et manouches. L’auteur nous fait partager les états d’âme du tueur, qui n’en peut plus de maîtriser son chien noir… L’écriture est fluide et précise, émaillée de nombre de termes du jargon policier, et ponctuée d’expressions en langue manouche, qui apportent à cette histoire un supplément d’authenticité.
C’est aussi un constat sur le machisme et la misogynie qui existent encore dans certains milieux essentiellement masculins, la difficulté pour une femme de s’y faire une place et d’être reconnue à sa juste valeur.

L’ensemble donne un roman tout à fait percutant, au suspense constant, qu’on a du mal à lâcher avant d’en avoir tourné la dernière page.
Une très belle découverte que ce roman. Je recommande!

Éditions La Martinière, 2008

4ème de couv :

Coline a toujours rêvé d’intégrer la P.J. Mais elle n’a ni l’allure ni l’audace qu’on prête aux grands flics parisiens. Et puis… c’est une femme. Elle végète dans son commissariat de banlieue, jusqu’au jour où le suicide d’une jeune femme la met sur la piste d’un tueur en série.

De son côté, Philippe, vieux routier du 36 quai des Orfèvres, se débat avec une prise d’otages et des braqueurs manouches qu’il rêve de saisir en flagrant délit. Se peut-il que ces affaires soient liées ? Et jusqu’où chacun ira-t-il pour sauver sa peu. Ou risquer la sienne ?

Dans les rues de Paris se croisent flics, avocats, voyous et victimes. Au milieu de tout ce monde, le chien noir veille. Celui qui patiente, tapi en chacun de nous. Le maître de nos pulsions. Et qui n’attend qu’un bruit infime, un geste, pour se réveiller et nous emporter dans sa furie.

L’auteur:
Christophe Molmy est chef de la BRI de Paris (Brigade de recherche et d’intervention, dite aussi Brigade antigang), service spécialisé dans la lutte contre le grand banditisme. Il a connu les enquêtes de terrain, les filatures, les planques avec les montées d’adrénaline et les arrestations en flagrant délit. Il a également vécu de l’intérieur, les pages sombres de l’actualité de ces dernières années : les attentats contre Charlie Hebdo, contre l’Hypercacher et la tuerie du Bataclan.
Après « Les loups blessés », « Quelque part entre le bien et le mal » est son deuxième roman.

Publicités

2 réflexions sur “Christophe Molmy – Quelque part entre le bien et le mal

  1. J’aime lorsque les bons et les méchants sont fouillés et qu’on évite la caricature du bon très bon et du méchant très méchant (même si je pardonne à Ken Follet de le faire, mais lui, c’est mon exception qui confirme ma règle). On a trop souvent des méchants sont envergure et sans profondeur.

    Bon, ça donne envie de noter, mais ce ne serait pas raisonnable 😉

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.