Natsuo Kirino – Disparitions

 » « Dernier autocar ». Plus elle lisait ces mots, plus se consolidait sa résolution de partir de chez elle, et de ne jamais y revenir. Pourtant ces deux mots n’étaient pas dénués de tristesse et la perspective de ne plus revoir son village natal la déprimait. Elle voulait partir mais elle avait peur. Serait-elle capable d’un acte aussi téméraire?  »

Kasumi, lorsqu’elle était adolescente, a fugué de son village. Elle a quitté sa famille et ce village où elle n’entrevoyait aucun avenir pour aller se fixer à Tokyo. Maintenant, elle a la trentaine, mariée à Michihiro et mère de deux enfants. Elle entretient une relation adultère avec Ishiyama, un client de son mari, lui-même marié. Lors d’un séjour dans la maison de campagne du couple Ishiyama, dans une drôle d’ambiance, lorsque Kasumi se réveille un matin, c’est pour constater la disparition de Yuka, sa fille ainée..
Toutes les recherches demeurent vaines et l’enfant n’est pas retrouvée.

La disparition de Yuka ramène Kasumi à sa propre disparition, volontaire, bien des années avant. Alors que peu à peu, les services de police abandonnent les recherches, elle s’obstine, et ne veut pas tirer un trait sur la disparition de son enfant. Son obsession fait éclater le monde autour d’elle, son amant la quitte, son mari prend ses distances pour se consacrer à Risa, la jeune sœur de la disparue.

L’auteur ne donne aucune information sur le mystère entourant la disparition de Yuka ; C’est au lecteur, comme un détective, de se forger sa propre opinion, avec les rares éléments qui lui sont fournis. D’ailleurs, il nous en sera proposé au moins trois explications différentes.

Au bout de quatre ans, suite à une émission de télévision, Utsumi , un jeune flic, en phase terminale de cancer, vient lui proposer son aide pour retrouver sa fille. Et entre ces deux êtres environnés par la mort va se nouer une curieuse relation, Kasumi au départ méfiante, ensuite prise de pitié pour Utsumi mourant, et va évoluer vers une confiance mutuelle, et quelque chose qui pourrait ressembler à de l’amour, tout du moins une sorte d’attachement.

La disparition de Yuka, point de départ de l’intrigue, va vite passer au second plan et servir de prétexte à illustrer le comportement des différents protagonistes de l’histoire, chacun réagissant différemment à la situation présente. C’est l’occasion de tracer le portrait psychologique des personnages impliqués dans l’histoire, axée sur l’improbable couple que forment Kasumi et Utsumi, le flic, et à un degré moindre Ishiyama et Michihiro.

Ce roman à tort selon moi, catalogué comme thriller est plutôt un portrait psychologique complexe d’une femme et de ses névroses. Kasumi, magnifique personnage féminin dans le Japon contemporain, avec ses obsessions, ses faiblesses, mais également la force de sa conviction qui la pousse à avancer, mais on a toujours l’impression qu’elle fuit quelque chose : son enfance, son mari, la réalité de la mort possible de Yuka. Cette femme qui trouve en Utsumi une sorte de révélateur de ses pêchés passés, l’ abandon du domicile familial, sa relation adultère et son désir inavoué d’abandonner ses enfants pour vivre avec Ishiyama.

Utsumi, lui, qui sent venir sa mort prochaine et s’affaiblit de jour en jour, prend cette recherche comme un dernier défi lancé à son intelligence. Il est intéressant de voir le chemin parcouru par ces deux âmes, si différentes, et pourtant si semblables par certains côtés, dans le voyage qui ramène Kasumi vers ses origines.

« Ce doit être dur de savoir que l’on va mourir. C’est sûrement effrayant et vous devez vous sentir bien seul. Vous n’avez pas mérité ça, personne ne le sait aussi bien que vous. Mais, je vous l’ai déjà dit, vous êtes enviable aussi. Ishiyama est parti en me laissant et, vous aussi, vous allez mourir en me laissant. Je vais peut-être finir ma vie seule au milieu de ce cauchemar. »

L’écriture est fluide et maintient le lecteur dans un état de tension permanent, malgré un rythme assez lent, qui se ralentit encore vers la fin du livre, avant que les 5 dernières pages nous réveillent tout à fait.

L’auteur aborde toutes les facettes des relations humaines, dans toute leur complexité et leurs paradoxes. Natsuo Kirino explore avec maîtrise les profondeurs de l’âme humaine et, en cela ce roman est une véritable réussite.

Éditions Points, 2013

4ème de couv.

Adolescente, Kasumi a fui les eaux grises et mortifères d’Hokkaïdô. Mariée et mère de famille, elle vit désormais à Tôkyô. Par passion, elle revient à Hokkaïdô avec ses enfants, pour rejoindre son amant. Les flots réclament leur dû à celle qui est partie, sa fille Yuka disparaît. Kasumi est dévastée. Secondée par l’inspecteur Utsumi, elle cherche inlassablement son enfant dans ce lieu maudit.

 

 

 

 

 

 

L’auteure:

Natsuo Kirino, née en 1951 à Kanazawa, est l’auteur d’une dizaine de romans policiers qui l’ont fait remarquer comme un des talents les plus prometteurs de sa génération.
Parmi ses autres romans, on trouve :
Out (2006),
Monstrueux (2008),
Le Vrai monde (2010),
Intrusion (2011),
L’Ile de Tokyo (2013).

Publicités

14 réflexions sur “Natsuo Kirino – Disparitions

  1. J’ai eu un véritable coup de coeur pour son premier roman OUT, un plaidoyer pour la condition féminine au Japon. J’ai lu les 2 suivants aussi. Mais pas celui là.
    Alors merci à toi de la rappeler à mon bon souvenir.
    Je constate que les femmes sont toujours au centre de ses préoccupation !
    il va falloir que je prévoit du temps pour lire son prochain titre 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s