Thomas H Cook – Du sang sur l’autel

Salt Lake city, capitale de « l’Eglise de Jésus-Christ des Saints des derniers jours », plus connue sous le nom d’Eglise mormone. Une série de meurtres, apparemment sans lien entre eux se produit dans la ville : une prostituée noire, un journaliste, et des membres influents de l’église mormone. Si le meurtre d’une prostituée, noire de surcroit, n’est pas de nature à mettre en émoi la police locale, à majorité mormone, les meurtres suivants vont changer la donne.

Les enquêteurs locaux ne voient pas de lien entre ces crimes, jusqu’à ce que Tom Jackson, fraîchement débarqué de New York, un flic non croyant, appréhende chaque meurtre séparément, en recherchant des indices sur chacune des victimes. Tom vient à se persuader que le crime est lié à cette église, et le comportement de son équipier, un mormon dévot, et de la hiérarchie qui craignent pour la réputation de l’Eglise mormone, ne lui facilitent pas la tâche.

« Derrière le bureau, un grand portrait de Brigham Young. Une caractéristique de Salt Lake. La photo de Young était accrochée dans les restaurants, les magasins de vêtements, d’alimentation, les cafés. Version Salt Lake du culte de la personnalité. Au début, Tom avait trouvé cela intéressant, mais au fil des années, il en avait été agacé et considérait que c’était une chose supplémentaire qu’il n’aimait pas à Salt Lake. Il s’aperçut qu’il avait ignoré être dépourvu de foi jusqu’au jour où il était allé dans un endroit où la foi était tout ».

Tom est hanté par une vieille affaire de meurtre. Son vieil équipier Gentry et lui, n’ont pu arrêter le coupable. C’est pour lui une blessure à vif, toujours présente à son esprit. En butte à l’hostilité des témoins qui voient davantage en lui un ennemi qu’un policier, il a beaucoup de mal à recueillir des indices et des témoignages. Mais peu à peu, son opiniâtreté, son empathie envers les victimes auront raison de toutes les méfiances. Face à son désir de justice, l’inertie qu’il ressent dans les rouages de la police, l’incite à enquêter tout seul de son côté.

« Un instant il pensa à Gentry, à la manière dont le vieillard lui avait fait signe de la main sous un réverbère, lui disant au revoir le soir où il avait quitté New York pour Salt Lake City.
– Tu vivras seul toute ta vie, Tom, l’avait prévenu Gentry. Et toute ta vie, tu auras horreur de ça. »

La narration est faite de manière alternée, entre les chapitres consacrés à l’enquête et ceux écrits du point de vue du tueur. Quelles sont ses motivations, et à quelle logique obéit-il ? Au fur et à mesure du récit, l’auteur nous dispense quelques indices qui nous feront avoir assez tôt une idée sur le but qu’il poursuit et son identité.

L’intérêt du roman ne réside pas dans l’enquête elle-même, qui se déroule sur un schéma assez linéaire et ne réserve que peu de surprises. Thomas H. Cook a un don certain pour nous composer une atmosphère prenante, oppressante, peuplées de personnages complexes et tourmentés. Il nous propose l’analyse du tissu social de Salt Lake City, où l’église mormone pèse de son influence à tous les niveaux de la société. C’est une étude intéressante sur la puissance des dogmes et des traditions, et de l’incapacité à remettre en question des croyances et un certain mode de vie et de pensée.

D’une très belle écriture, simple et sans artifices, Thomas H. Cook nous guide dans les méandres de « l’Eglise de Jésus Christ des Saints des derniers jours », de ses croyances et de ses contradictions.

Dès ce troisième roman, l’auteur fait preuve d’une maturité étonnante et laisse entrevoir de réelles possibilités, qui s’avèreront confirmées par ses romans suivants.
A tous points de vue, un excellent moment de lecture.

C’est la réédition (avec une traduction revue) d’un roman de 1983 et paru en France en 1985, à la Série Noire, maintenant aux éditions du Seuil, en format poche. Thomas H. Cook, déjà édité en France au début des années 80 avec d’excellents romans, connaît ces dernières années un regain de popularité publique et critique.

4ème de couv.

Du sangUn dément sévit à Salt Lake City, capitale économique et religieuse des mormons. Une prostituée noire, un journaliste puis des personnalités de la communauté sont assassinés. Tom Jackson, le détective chargé de l’enquête, découvre qu’une affaire semblable avait secoué cette ville au XIXe siècle : des meurtres en série perpétrés par un mormon fanatique qui refusait l’entrée des Indiens dans l’Église. Aujourd’hui celle-ci s’apprête à accepter les Noirs. Et si le meurtrier se cachait au sein du temple mormon ?

 

L’auteur :

Thomas H. Cook est né en 1947.
Il a été professeur d’anglais et d’histoire ainsi que secrétaire de rédaction au magazine américain Atlanta avant de se consacrer entièrement à l’écriture2. Ses romans, réputés pour leur finesse psychologique, privilégient les thèmes des secrets de famille, de la culpabilité et de la rédemption.
Il a reçu en 1997 le prix Edgar Allan Poe pour son roman « Au lieu-dit Noir-étang ».
« La preuve de sang » a été adapté au cinéma.

Publicités

10 réflexions sur “Thomas H Cook – Du sang sur l’autel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s